Washington appelle à la libération immédiate d'une journaliste chinoise

Gao Yu... (PHOTO TYRONE SIU, REUTERS)

Agrandir

Gao Yu

PHOTO TYRONE SIU, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les États-Unis ont appelé les autorités chinoises à remettre immédiatement en liberté la journaliste Gao Yu, condamnée vendredi à Pékin à sept ans de prison pour divulgation de «secrets d'État».

«Nous appelons les autorités chinoises à immédiatement libérer Mme Gao et à respecter les engagements qu'elles ont pris sur les droits de l'homme», a indiqué à l'AFP un responsable du département d'État.

Les États-Unis sont particulièrement inquiets du fait que Mme Gao, 71 ans, ait été condamnée «à l'issue d'un procès à huis clos pour avoir transmis des secrets d'État à un organe de presse étranger», a poursuivi ce responsable qui a souhaité conserver l'anonymat.

«La condamnation de Gao Yu, une journaliste chevronnée, s'inscrit dans une tendance inquiétante de l'action gouvernementale à l'encontre d'avocats qui défendent des causes d'intérêt général, de cyber-militants, de journalistes, de dignitaires religieux et de bien d'autres qui remettent pacifiquement en question la politique chinoise officielle», a-t-il expliqué.

Gao Yu a été reconnue coupable «d'avoir transmis des secrets d'État à des étrangers», a indiqué la cour sur son compte officiel de microblogues.

Mme Gao fut la première lauréate en 1997 du Prix mondial de la liberté de la presse de l'UNESCO. Elle a été arrêtée fin avril 2014.

L'an dernier, Washington s'était dit «très préoccupé» par le sort de la journaliste d'investigation, récompensée par d'autres prix internationaux.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer