De forts courants empêchent de remonter l'épave d'AirAsia

Au 12e jour des recherches de l'Airbus A320-200 disparu... (PHOTO ADEK BERRY, REUTERS)

Agrandir

Au 12e jour des recherches de l'Airbus A320-200 disparu des écrans radars peu après son décollage de la ville indonésienne de Surabaya pour Singapour, avec 162 personnes à son bord, les opérations de grande ampleur entreprises par l'Indonésie avec l'aide d'autres pays étaient à nouveau freinées par les conditions météorologiques.

PHOTO ADEK BERRY, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
À BORD DU NAVIRE DE GUERRE KRI BANDA ACE

De forts courants ont empêché jeudi des plongeurs d'opérer au fond de la mer de Java en vue de remonter l'épave de l'avion d'AirAsia qui s'est abîmé le 28 décembre en Indonésie, retardant ainsi la recherche des boîtes noires, selon les autorités.

Au 12e jour des recherches de l'Airbus A320-200 disparu des écrans radars peu après son décollage de la ville indonésienne de Surabaya pour Singapour, avec 162 personnes à son bord, les opérations de grande ampleur entreprises par l'Indonésie avec l'aide d'autres pays étaient à nouveau freinées par les conditions météorologiques.

«Des plongeurs ont atteint la queue de l'avion, mais la visibilité était inférieure à un mètre, ils sont donc seulement arrivés à retirer divers débris», a déclaré dans la matinée le directeur de l'Agence de recherches et de secours, Bambang Soelistyo.

«Maintenant, ils attendent que la vitesse du courant se réduise. Si ça se calme plus tard, ils retourneront pour une autre tentative, afin de déterminer si les boîtes noires sont toujours dans la queue de l'avion ou si elles se sont détachées», a-t-il ajouté.



Des plongeurs ont renoué leurs efforts dans la journée, selon une photographe de l'AFP à bord du navire de guerre KRI Banda Aceh, qui participe aux efforts entrepris pour extraire l'épave de l'avion.

Mais «c'était trop dur pour les plongeurs de descendre, le courant les faisait remonter», a déclaré S.B. Supriyadi à des journalistes à Pangkalan Bun, ville sur l'île de Bornéo dotée de l'aéroport le plus proche de la zone de recherches.

Des experts sont déjà prêts à retirer avec une grue l'épave de l'appareil qui gît à une trentaine de mètres de profondeur, a précisé M. Soelistyo, soulignant que l'autre priorité était de retrouver des victimes.

Seul un corps a été repêché jeudi, portant le total à 41, sur 162 personnes - 155 Indonésiens, le copilote français Rémi Plesel, un Britannique, trois Sud-Coréens, un Malaisien et un Singapourien.

Les autorités indonésiennes avaient annoncé mercredi avoir retrouvé la queue de l'avion. Cette section arrière abrite généralement les boîtes enregistrant des informations liées au vol, qui seront cruciales, si elles sont retrouvées, pour déterminer les causes de la chute de l'appareil (vol QZ8501).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer