Sydney: la compagne du preneur d'otages incarcérée

La liberté sous caution de la compagne du... (PHOTO DEAN LEWIS, ARCHIVES AFP)

Agrandir

La liberté sous caution de la compagne du preneur d'otages de Sydney, Man Haron Monis, a été révoquée.

PHOTO DEAN LEWIS, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
SYDNEY

Le contrôle judiciaire de la compagne de l'auteur de la prise d'otage sanglante de Sydney a été révoqué et la jeune femme incarcérée, répondant à la colère de l'opinion publique qui a du mal à comprendre que le couple ait été en liberté alors qu'il était déjà impliqué dans une affaire de meurtre.

Inculpée pour le meurtre par arme blanche de l'ex-épouse de Man Haron Monis, Amirah Droudis, 35 ans, bénéficiait depuis un an d'un régime de liberté sous caution et était soumise à un contrôle judiciaire.

Man Haron Monis était inculpé dans le même dossier pour complicité de meurtre ainsi que de multiples délits à caractère sexuel.

Son ex-épouse, Noleen Hayson Pal, était décédée en avril 2013 après avoir été poignardée à dix-huit reprises. Son corps avait ensuite été brûlé.

Islamiste déséquilibré, Man Haron Monis a été tué le 16 décembre lors de l'assaut du Lindt café, dans le centre de Sydney, dont il avait séquestré clients et employés pendant plus de quinze heures. Deux otages, un homme et une femme, ont également trouvé la mort dans l'assaut.

Pour le juge qui a décidé son placement en détention, Amirah Droudis représente «un risque inacceptable» compte tenu de ses précédentes condamnations et de la nature du crime dont elle est soupçonnée.

«Le dossier contre l'accusée est plus solide qu'il y a 12 mois», a-t-il affirmé sans étayer ses dires. Un renforcement des conditions de son contrôle judiciaire ne suffirait pas à atténuer les risques qu'elle présente, selon lui.

Il a donc prononcé la révocation de sa liberté sous caution et son incarcération immédiate.

Le juge qui avait accordé au couple Monis-Droudis sa liberté sous caution en décembre 2013 a reçu des menaces de mort depuis la prise d'otage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer