Thaïlande: la femme du prince héritier renonce à son titre royal

La princesse Srirasmi a épousé le prince Maha... (Photo Adrees Latif, Archives REUTERS)

Agrandir

La princesse Srirasmi a épousé le prince Maha Vajiralongkorn en 2001. Ils ont un fils considéré comme bien placé pour succéder à son grand-père et à son père sur le trône.

Photo Adrees Latif, Archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BANGKOK

L'épouse du prince héritier de Thaïlande, la princesse Srirasmi, a renoncé à son titre royal, a annoncé vendredi (samedi heure locale) à Bangkok le palais royal, première confirmation de sa disgrâce après l'arrestation de plusieurs de ses proches impliqués dans un scandale de corruption.

«Le roi a donné l'autorisation d'annoncer que la princesse Srirasmi, l'épouse du prince héritier de la couronne Maha Vajiralongkorn, a fait savoir dans un document écrit qu'elle renonçait à son statut royal», a indiqué le Palais-Royal dans un communiqué.

La princesse Srirasmi a épousé le prince Maha Vajiralongkorn en 2001. Ils ont un fils considéré comme bien placé pour succéder à son grand-père et à son père sur le trône.

Le sort de la princesse fait l'objet depuis plusieurs semaines de rumeurs persistantes en Thaïlande depuis l'éclatement d'un vaste scandale de corruption dont les principaux suspects ont des liens de parenté avec elle.

Le 1er décembre, la police avait confirmé que 19 personnes avaient été arrêtées dans le cadre de ce scandale. Les suspects sont accusés d'avoir extorqué de l'argent à grande échelle, en mettant en avant leur qualité de représentants de la famille royale.

Les liens de parenté entre la princesse et les principaux suspects, dont un haut responsable de la police et plusieurs officiers de l'armée, n'ont cependant jamais été explicitement mentionnés dans la presse et les médias internationaux, qui pratiquent l'auto-censure concernant la famille royale, la loi punissant le crime de lèse-majesté en Thaïlande étant l'une des plus sévères du monde.

Au début du mois, le prince héritier avait interdit à des proches de sa femme d'utiliser le nom royal qui leur avait été attribué après leur mariage: Akkharapongpricha.

Au moins trois parents de la princesse portant ce nom honorifique ont été arrêtés dans le cadre du scandale de corruption.

Les indices suggérant que la princesse Srirasmi n'était plus considérée comme faisant partie de la famille royale s'étaient multipliés ces derniers jours.

Ainsi, d'une manière totalement inhabituelle, elle n'a pas été mentionnée dans le bulletin d'informations consacré à la maison royale le 9 décembre, le jour de son anniversaire.

Le lendemain, elle n'apparaissait pas dans la séquence d'ouverture de l'émission du soir consacrée à la maison royale qui présente tous les membres les plus importants de la famille royale thaïlandaise.

La princesse a été vue en public la dernière fois le 6 décembre lorsqu'elle a présidé la fête d'anniversaire de son initiative consacrée aux enfants, une association nommée «projet lien familial».

Selon le site internet du ministère de l'Éducation, cette initiative vise à promouvoir l'amour «entre tous les membres de la famille» et l'éducation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer