Violences envers les femmes: des détaillants retirent GTA V des ventes

Les géants australiens de la grande distribution Target et Kmart ont annoncé... (Photo Bloomberg)

Agrandir

Photo Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
SYDNEY

Les géants australiens de la grande distribution Target et Kmart ont annoncé jeudi qu'ils retiraient de leurs rayons Grand Theft Auto V, jeu vidéo de renommée mondiale où il faut tuer et tricher pour gagner, au motif qu'il encourage les violences faites aux femmes.

Target et Kmart, qui appartiennent tous deux au conglomérat Wesfarmers, ont pris leur décision d'arrêter de vendre le cinquième volet de GTA après qu'une pétition initiée par d'anciennes prostituées a recueilli plus de 40 000 signatures.

«Des jeux comme celui-ci préparent encore une fois une nouvelle génération de garçons à tolérer les violences contre les femmes», dit le texte de la pétition. «Il encourage l'épidémie de violences subies par tant de filles et de femmes en Australie et dans le monde», ajoute la pétition, qui parle d'un jeu «répugnant».

Le directeur général chargé des affaires générales de Target, Jim Cooper, a expliqué que le groupe (300 magasins en Australie) avait souhaité tenir compte des inquiétudes de la société australienne.

«Nous avons parlé du jeu à de nombreux clients ces derniers jours et les préoccupations quant à son contenu» sont nombreuses, a-t-il dit. «Nous avons également eu le retour de clients qui soutiennent la vente du jeu vidéo et nous respectons leur point de vue. Mais la décision d'arrêter de vendre GTA V reflète l'opinion de la majorité de notre clientèle».

Le groupe va continuer toutefois de vendre d'autres jeux interdits aux moins de 18 ans, a-t-il dit.

«Après avoir passé en revue  de manière exhaustive le contenu de GTA, Kmart (190 magasins en Australie et en Nouvelle-Zélande) a décidé son retrait immédiat», a dit un porte-parole.

GTA, qui a fait des légions d'adeptes dans le monde entier, met en scène un trio haut en couleurs de personnages qui fait équipe pour une série de braquages dans un univers où Los Santos, version revisitée de Los Angeles, constitue leur principal terrain d'action.

Le tout premier volet de la série «GTA» était sorti en 1997 et avait immédiatement provoqué la polémique, car pour gagner, il faut tricher et tuer.

Les nouvelles aventures du braqueur, de l'escroc et du déséquilibré ne sont pas de nature à apaiser le débat, avec nombre de scènes de relations sexuelles avec des prostituées, de conduite en état d'ivresse ou de meurtres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer