Japon: la chambre basse officiellement dissoute

La cote de popularité du gouvernement de Shinzo Abe... (Photo KAZUHIRO NOGI, AFP)

Agrandir

La cote de popularité du gouvernement de Shinzo Abe est tombée à 40% après cette décision.

Photo KAZUHIRO NOGI, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TOKYO

La chambre basse du Parlement japonais a été officiellement dissoute vendredi lors d'une session plénière, sur décision du premier ministre Shinzo Abe qui a souhaité provoquer des élections générales anticipées en décembre.

«En vertu de l'article sept de la Constitution, la Chambre basse est dissoute», a déclaré le président de cette assemblée.

«Banzai, banzai, banzai» (longue vie à l'empereur), se sont exclamés les élus en levant les bras au ciel, avant de quitter les bancs de l'hémicycle plus ou moins contents, devant un M. Abe impassible.

Deux ans après son arrivée au pouvoir et deux ans avant l'échéance normale, le chef du gouvernement dit avoir jugé nécessaire de faire usage de ce droit de rompre à mi-parcours le mandat confié aux 480 députés en prenant «la décision lourde» de revenir sur une loi votée en 2012 sur l'évolution de la «TVA nippone».

Il a en effet tranché pour l'ajournement à avril 2017 d'une deuxième augmentation de cette taxe initialement prévue en octobre 2015, constatant que la première depuis 17 ans, intervenue en avril dernier, avait plombé la reprise amorcée un peu plus d'un an auparavant.

«Toute décision relative au système fiscal a une forte influence sur la vie des gens et doit dès lors être validée par les électeurs», a justifié M. Abe.

De nouvelles élections générales devraient avoir lieu le 14 décembre. Le nombre d'élus passera alors de 480 à 475, en vertu d'une loi de réduction des sièges offerts.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer