Stephen Harper est arrivé en Nouvelle-Zélande

Le commerce bilatéral des marchandises entre le Canada... (PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le commerce bilatéral des marchandises entre le Canada et la Nouvelle-Zélande totalisait 909 millions en 2013. Sur la photo, le premier ministre Stephen Harper avant le décollage.

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lee-Anne Goodman
La Presse Canadienne
Ottawa

Le premier ministre Stephen Harper est arrivé mercredi en Nouvelle-Zélande pour une visite officielle avec le premier ministre du pays qui va inclure des discussions sur un sujet délicat entre les deux dirigeants qui autrement s'entendent fort bien - le secteur laitier hautement protégé du Canada.

Le système canadien de gestion de l'offre est un point sensible dans les négociations en cours pour le Partenariat Trans-Pacifique (PTP), un projet majeur de libre-échange pour les pays d'Asie et du Pacifique entre 12 pays qui ont une population combinée de près de 800 millions de personnes.

Les États-Unis font pression sur le Canada pour qu'il abaisse les tarifs douaniers sur les produits laitiers en provenance de l'étranger alors que la fin des pourparlers pour le PTP semble de plus en plus proche. Les droits de douane canadiens sont parmi les plus élevés dans le groupe de pays du PTP.

La Nouvelle-Zélande, le plus grand exportateur de produits laitiers au monde, demande au Canada de réduire ses tarifs douaniers alors qu'il cherche de nouveaux marchés.

Le pays s'est même objecté il y a trois ans à ce que le Canada participe au PTP à moins qu'il ne mette fin à son système de gestion de l'offre.

«Nous avons une excellente relation, et nous travaillons de très près sur à peu près tous les autres dossiers qui existent», avait déclaré Simon Tucker, le haut-commissaire de la Nouvelle-Zélande au Canada dans une récente entrevue.

«En termes de dossiers pour lesquels nous avons des désaccords, c'est à peu près le seul, alors il prend de l'importance....C'est en fait une réelle anomalie dans notre relation».

Les producteurs de produits laitiers se voient imposer des droits qui varient entre 200 et 300 pour cent lorsqu'ils veulent les vendre au Canada.

Ces tarifs douaniers font en sorte que le fromage étranger, le beurre et les autres produits à base de lait sont hors de prix pour les consommateurs canadiens et les prix pour les produits faits au Canada sont aussi parmi les plus élevés au monde.

Le premier ministre Stephen Harper a déclaré, malgré tout, que le Canada est du côté de ses producteurs laitiers dans les négociations, même s'il s'est récemment engagé à laisser entrer au pays beaucoup plus de fromages européens dans le cadre du traité de libre-échange avec l'Union européenne.

«J'ai parlé avec beaucoup de producteurs laitiers et en privé, vous pouvez constater que plusieurs d'entre eux vont dire comment le changement est nécessaire et inévitable», a dit M. Tucker.

La demande mondiale croît considérablement pour les produits laitiers. Le Canada pourrait bénéficier énormément s'il se mettait d'accord sur des règles du jeu équitables et cessait de résister au changement, a-t-il ajouté.

Le commerce bilatéral des marchandises entre le Canada et la Nouvelle-Zélande totalisait 909 millions en 2013.

M. Harper va rencontrer le premier ministre néo-zélandais John Key vendredi.

Outre le commerce, il aura des entretiens avec lui au sujet des militants islamistes au Moyen-Orient, de l'intervention russe en Ukraine, sur la sécurité régionale et comment la Nouvelle-Zélande a conclu une entente de libre-échange avec la Chine.

Les deux dirigeants se rendront ensuite en Australie pour le Sommet des pays du G20.

En marge du Sommet, le premier ministre Harper tiendra des pourparlers bilatéraux avec son homologue australien, Tony Abbott, et d'autres dirigeants de ces pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer