Japon: une deuxième ministre démissionne

La ministre de la Justice Midori Matsushima a... (PHOTO KOJI SASAHARA, AP)

Agrandir

La ministre de la Justice Midori Matsushima a annoncé sa démission, lors d'une conférence de presse tenue à son ministère, à Tokyo, le 20 octobre.

PHOTO KOJI SASAHARA, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TOKYO

Coup dur pour le premier ministre japonais : sa ministre de l'Industrie, Yuko Obuchi, ainsi que celle de la Justice, Midori Matsushima, ont démissionné lundi, emportées par des scandales, et il a été obligé de s'excuser publiquement de ses choix, un registre dans lequel il n'excelle pas.

«C'est moi qui les avais nommées. En tant que premier ministre, j'en assume la responsabilité et je m'excuse profondément», a déclaré Shinzo Abe.

Première à partir : la ministre de l'Industrie. «Je présente mes excuses les plus sincères pour n'avoir pu contribuer au renouveau économique, à la réalisation d'une société où les femmes rayonnent», a déclaré Mme Obuchi.

Elle est notamment soupçonnée d'avoir dépensé entre 2007 et 2012 plus de 10 millions de yens (plus de 106 000 $) sans aucun rapport avec ses activités politiques, notamment en produits de beauté.

Quelques heures plus tard, la titulaire de la Justice, 58 ans, est sortie livide du bureau de M. Abe.

On lui reproche d'avoir violé le code électoral en distribuant de petits éventails avec son portrait et son nom à des électeurs de sa circonscription. Une pratique interdite.

Rapidement Shinzo a nommé deux remplaçants : un parlementaire, Yoichi Miyazawa, à l'Industrie, et à la Justice Yoko Kamikawa, une femme politique de 61 ans qui fut un temps ministre chargée du déclin de la natalité.

Les départs de Mme Obuchi, étoile montante du Parti libéral-démocrate (PLD, au pouvoir) et fille d'un ancien premier ministre, et de Mme Matsushima, moins de deux mois après leur nomination, constituent les premières démissions de membres de l'équipe Abe en deux ans.

Shinzo Abe misait beaucoup sur Yuko Obuchi, et à double titre.

D'abord, en nommant pour la première fois une femme à la tête d'un prestigieux ministère, il voulait en faire un symbole de sa politique envers les femmes qu'il veut attirer en nombre sur le marché du travail pour doper l'économie nationale.

M. Abe espérait aussi que cette femme de 40 ans, mère de deux enfants, saurait trouver les mots pour convaincre les riverains des centrales nucléaires de la nécessité de redémarrer des réacteurs, tous à l'arrêt depuis la catastrophe de Fukushima en mars 2011.

Une tâche difficile si l'on en croit les sondages d'opinion qui, régulièrement, témoignent de l'opposition des populations à ce redémarrage, au contraire souhaité le plus rapide possible par M. Abe et son gouvernement pronucléaire.

«Extrêmement regrettable»

Cette démission est «extrêmement regrettable et dommageable pour le gouvernement», a réagi Sadakazu Taniguchi, numéro 2 du PLD.

Pour féminiser son équipe, dans un pays réputé pour son machisme en politique, M. Abe avait nommé début septembre cinq femmes à des postes importants à l'occasion du premier remaniement depuis son retour au pouvoir fin 2012.

Dans son esprit, elles devaient être des pièces maîtresses dans sa stratégie baptisée «womenomics», visant à donner un coup de fouet à sa stratégie économique globale («abenomics»), qui peine à produire des résultats sensibles, faute de réformes structurelles, comme le réclame le FMI.

Pas de chance pour lui, ces cinq femmes sont toutes aujourd'hui au centre de polémiques gênantes.

Outre les deux partantes, Eriko Yamatani, chargée du dossier sensible des Japonais enlevés par la Corée du Nord durant la Guerre froide, est dans le collimateur depuis que la presse a publié le mois dernier une photo d'elle avec un militant d'un groupe néo-nazi local.

En compagnie de celle-ci, Sanae Takaichi, la ministre des Affaires intérieures et de la Communication, ainsi que sa collègue Hariko Arimura, autre quadragénaire chargée de la Promotion des femmes et de la lutte contre la dénatalité, se sont en outre affichées samedi au sulfureux sanctuaire Yasukuni de Tokyo, au risque de hérisser Pékin.

Pour la Chine, mais aussi la Corée du Sud, ce sanctuaire qui honore les âmes de 2,5 millions de soldats morts pour la patrie, mais aussi celles de 14 criminels de guerre condamnés par les Alliés, symbolise le militarisme nippon passé.

Les trois ministres s'y sont rendues au moment où M. Abe fait justement tout pour rencontrer le président Xi Jingping en novembre à Pékin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer