Touristes tués en Thaïlande: deux Birmans avouent leur culpabilité

La police, critiquée pour les lenteurs de son... (Photo AFP)

Agrandir

La police, critiquée pour les lenteurs de son enquête, avait réalisé des tests ADN sur un large panel d'habitants, notamment des travailleurs immigrés birmans, en vain jusqu'ici.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
BANGKOK

La police thaïlandaise a annoncé vendredi que deux Birmans avaient avoué le meurtre de deux jeunes Britanniques sur une île touristique du sud du pays et avaient été identifiés par leur ADN.

«Deux suspects birmans ont avoué les avoir tués», a déclaré à l'AFP Somyot Poompanmoung, le chef de la police nationale thaïlandaise.

«Les résultats de tests ADN ont confirmé qu'il s'agissait du même ADN que celui retrouvé dans le corps» de la femme, violée, a-t-il précisé.

Les corps de David Miller, 24 ans, et Hannah Witheridge, 23 ans, avaient été découverts fin septembre à l'aube sur une plage de Koh Tao, petite île d'ordinaire tranquille. Ils avaient été frappés à mort avec un bâton et un ustensile de jardin, retrouvés ensanglantés sur place.

L'affaire avait fait les gros titres de la presse britannique, qui s'était déplacée en nombre en Thaïlande pour suivre l'enquête.

Les deux hommes, interrogés au quartier général de la police régional à Surat Thani, grande ville du sud du pays, devaient être mis en examen pour meurtre.

Ils ont été transférés sur Koh Tao vendredi, en vue d'une reconstitution de la scène de crime sur la plage, a précisé la police.

Elle affirme également que le téléphone portable d'une des victimes a été retrouvé chez les suspects jeudi soir.

Un troisième suspect est également en garde à vue, depuis jeudi, mais il affirme «avoir quitté les lieux avant le meurtre», a précisé Somyot.

Le général Prayut Chan-O-Cha, au pouvoir depuis un coup d'État en mai, avait choqué en semblant mettre en cause le «comportement» des victimes, avant de s'interroger sur la sécurité des visiteurs étrangers en bikini.

«Il y a toujours des problèmes avec la sécurité des touristes. Ils pensent que notre pays est magnifique et sûr et que donc ils peuvent faire ce qu'ils veulent et se promener partout en bikini», avait-il déclaré, avant de s'excuser face au tollé.

La police, critiquée pour les lenteurs de son enquête, avait réalisé des tests ADN sur un large panel d'habitants, notamment des travailleurs immigrés birmans, en vain jusqu'ici.

Après une année marquée par des mois de manifestations meurtrières et par le coup d'État de mai, cette affaire risque de peser encore un peu plus sur le secteur clé du tourisme dans un pays qui a accueilli un record de 26,5 millions de visiteurs l'an dernier.

Koh Tao, dans le Golfe de Thaïlande, est une destination prisée notamment des amateurs de plongée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer