Le premier ministre australien s'installe dans un village aborigène

Ancien séminariste, Tony Abbott s'est illustré par son... (PHOTO MOHD RASFAN, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Ancien séminariste, Tony Abbott s'est illustré par son engagement bénévole auprès des communautés aborigènes avant de devenir premier ministre.

PHOTO MOHD RASFAN, ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
SYDNEY

Le premier ministre australien, Tony Abbott, a provisoirement installé lundi son bureau sous une tente, dans une communauté aborigène, un geste hautement symbolique pour la minorité autochtone de l'île longtemps ostracisée.

Après la victoire de son parti aux législatives de septembre 2013, le dirigeant conservateur avait dit vouloir être «le premier ministre des Affaires aborigènes» et s'était engagé à passer une semaine par an dans un village indigène.

M. Abbott et son équipe ont donc pris leurs quartiers près de Nhulunbuy, dans l'extrême nord du pays, à huit heures de vol de Canberra.

Le chef du gouvernement a indiqué qu'il restait en communication constante avec la capitale alors que l'Australie a annoncé l'envoi de 600 militaires aux Émirats arabes unis (EAU) au sein de la coalition internationale que cherche à mettre sur pied Washington contre l'État islamique (EI) actif en Irak et en Syrie.

«Évidemment, en cas d'événements dramatiques, je suis en mesure de me déplacer», a-t-il déclaré.

Lors de l'arrivée des colons européens en Australie en 1788, les aborigènes étaient environ un million. Ils ne représentent plus aujourd'hui que 470 000 des 23 millions d'habitants du pays où ils forment le groupe démographique le plus défavorisé.

Mortalité infantile, échec scolaire, chômage, dépendances, criminalité : les aborigènes sont les laissés-pour-compte de la prospérité australienne.

Ancien séminariste, Tony Abbott s'est illustré par son engagement bénévole auprès des communautés aborigènes avant de devenir premier ministre. Il a redit lundi son intention d'organiser un référendum sur la reconnaissance du statut aborigène dans la Constitution.

L'an dernier, le Parlement a reconnu qu'ils étaient les premiers habitants de l'île.

Selon Tony Abbott, «la réforme complètera plus qu'elle ne modifiera notre Constitution» en faisant en sorte que «plus jamais les premiers Australiens ne se sentent étrangers dans leur propre pays». «Le plus important désormais est de fixer un calendrier».




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer