Inondations: près de 2 millions de Pakistanais affectées

Des résidents du Cachemire quittent la ville de Srinagar,... (PHOTO TAUSEEF MUSTAFA, AFP)

Agrandir

Des résidents du Cachemire quittent la ville de Srinagar, inondée après les pluies de la mousson.

PHOTO TAUSEEF MUSTAFA, AFP

Abdul Sattar Qamar
Agence France-Presse
MULTAN

Les inondations meurtrières de fin d'été au Pakistan et en Inde ont déjà affecté près de deux millions de personnes côté pakistanais, selon un nouveau bilan fourni vendredi par les autorités locales alors que les flots se dirigent vers le Sud.

Le Pakistan subit une montée des eaux plus ou moins importante après les pluies de la mousson chaque été depuis 2010, année record où les flots avaient submergé 20% du territoire et affecté 20 millions de personnes, soit plus de 10% de la population.

Celles de cette année, qui s'annoncent moins importantes qu'en 2010 selon les observateurs locaux, ont commencé il y a une semaine au Cachemire, région montagneuse frontalière disputée entre l'Inde et le Pakistan.

Elles ont ensuite gagné le sud, inondant des milliers de villages et de champs au Pendjab, la province pakistanaise la plus riche et le grenier à blé du pays.

Ces crues ont à ce jour tué 450 personnes et affecté 1,9 million de personnes dans le pays, a indiqué vendredi à l'AFP l'Autorité pakistanaise de gestion des catastrophes (NDMA), un chiffre qui inclut à la fois ceux qui sont prisonniers des flots et ceux qui les ont fuis.

Près de 140 000 personnes ont déjà été évacuées des villes et villages inondés dans la seule province du Pendjab, a-t-elle ajouté.

L'armée, qui joue souvent un rôle de secours important lors des inondations au Pakistan, a de son côté annoncé avoir parachuté par hélicoptères plus de 50 tonnes de nourriture au Pendjab.

Les autorités prévoient si nécessaire de faire sauter des digues à l'explosif pour détourner les impétueux flots marron de Multan (deux millions d'habitants), l'une des principales villes de la région et le centre nerveux de l'importante production cotonnière du pays.

Islamabad a diffusé ces derniers jours des messages d'alerte prévenant de l'arrivée imminente des inondations plus au sud, dans la province du Sind, où l'Indus, principal fleuve du pays, va se jeter dans la mer d'Arabie.

Ces alertes concernent notamment la région de Sukkur, l'une des plus dévastée par les inondations de 2010, qui avaient tué au total près de 1800 personnes à travers le pays. Cette année-là dans le Sind, le fleuve avait débordé de son lit pour atteindre plusieurs dizaines de kilomètres de large.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer