Inde: un député force un musulman à manger durant le ramadan

Cet incident pourrait relancer les inquiétudes des musulmans... (PHOTO NOAH SEELAM, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Cet incident pourrait relancer les inquiétudes des musulmans et des autres minorités religieuses envers le gouvernement de Modi et son parti, le Bharatiya Janata Party (BJP).

PHOTO NOAH SEELAM, ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
NEW DELHI

Un député indien d'un parti nationaliste hindou radical a déclenché un tollé au Parlement mercredi à la suite d'images le montrant en train d'essayer de forcer un musulman à manger pendant le ramadan.

Les députés du parti du Congrès, membres de l'opposition, ont protesté bruyamment, estimant que le parlementaire de Shiv Sena, formation alliée au parti nationaliste hindou du premier ministre Narendra Modi, avait violé les convictions religieuses de cet homme en tentant de le forcer à absorber un chapati (pain traditionnel indien).

«C'est totalement répréhensible et cela doit être condamné de la façon la plus énergique qui soit», a dit le porte-parole du Congrès, Manish Tewari.

Cet incident pourrait relancer les inquiétudes des musulmans et des autres minorités religieuses envers le gouvernement de Modi et son parti, le Bharatiya Janata Party (BJP).



Les images de télévision montrent un groupe de parlementaires du Shiv Sena face à un responsable d'un service de restauration jeudi dernier à New Delhi.

Ces parlementaires se plaignaient de la qualité de la nourriture offerte lors d'une réception dans un bâtiment géré par l'État du Maharashtra, région d'origine de cette formation politique.

Le député, Rajan Baburao Vichare, tente alors plusieurs fois de mettre un chapati dans la bouche du responsable du service traiteur, sous l'oeil de la foule.

Vichare a affirmé qu'il ne voulait pas le forcer à manger, mais simplement lui montrer que le pain servi était trop dur.

«Ce n'était qu'un geste de mécontentement contre la qualité de la nourriture au "Maharashtra Sadan" (bâtiment de la réception) où étaient présents d'importants dignitaires», a dit Vichare à la chaine Headlines Today.

«En faire une question religieuse n'a aucun sens», a-t-il ajouté.

Le directeur général de la société de restauration a déclaré que son salarié était «profondément peiné et blessé» par l'incident en raison «des sentiments religieux qui y sont liés».




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer