L'Australie n'évoquera plus Jérusalem-Est «occupée»

De jeunes ultranationalistes brandissent des drapeaux israéliens près... (PHOTO THOMAS COEX, ARCHIVE AFP)

Agrandir

De jeunes ultranationalistes brandissent des drapeaux israéliens près de la porte Damas, à Jérusalem-Est, le 28 mai, à l'occasion de la «marche du drapeau» dans le cadre des célébrations entourant le 47e anniversaire de l'annexion de la partie palestinienne de Jérusalem par l'État hébreu en 1967.

PHOTO THOMAS COEX, ARCHIVE AFP

Agence France-Presse
SYDNEY

L'Australie a décidé de ne plus utiliser l'adjectif «occupée» lorsqu'elle évoquera désormais Jérusalem-Est, Canberra estimant que ce terme «péjoratif» n'est ni approprié ni utile.

«Faire référence à des événements historiques pour décrire des zones, qui sont en négociations dans le cadre du processus de paix, n'aide pas», a déclaré l'attorney général George Brandis - équivalent australien du ministre de la Justice - dans un communiqué.

«Décrire Jérusalem-Est comme «Jérusalem-Est occupée» est chargé d'implications péjoratives, ce qui n'est ni approprié ni utile», a poursuivi le ministre du gouvernement conservateur de Tony Abbott.

«Ça n'est pas et ça ne devrait pas être la pratique du gouvernement australien de décrire des zones de négociation avec un vocabulaire qui porte un jugement».

Ces déclarations ont été jugées «scandaleuses et choquantes» par les Palestiniens.

«De tels propos sont non seulement une violation flagrante de la loi internationale et du consensus général. Mais ils sont aussi mortels en ce qui concerne la quête de la paix et nocifs à l'égard de toute tentative d'appliquer un État de droit pour tout le monde», a protesté Hanane Achraoui, membre de la direction de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

«Tenter d'inventer ou fausser la loi pour complaire au comportement illégal d'Israël est honteux et dangereux», a estimé Mme Achraoui, en accusant M. Brandis d'«essayer de rendre l'Australie complice de l'occupation israélienne» qui dure depuis 47 ans.

En revanche, le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a salué la position «sérieuse» de la question par l'Australie qui «ose dire la vérité sur le conflit entre Israël et les Palestiniens». M. Lieberman a souhaité que d'autres pays en fassent autant.

La partie orientale de Jérusalem, à majorité arabe, est occupée et annexée depuis juin 1967 par Israël. Les Palestiniens veulent en faire la capitale de leur futur État.

Quelque 200 000 Israéliens y habitent dans des quartiers de colonisation, à côté de plus de 290 000 Palestiniens.

La communauté internationale ne reconnaît pas l'annexion de Jérusalem-Est et considère les colonies en territoire occupé comme illégales au regard du droit international.

Canberra soutient une solution pacifique, «reconnaît le droit d'Israël à exister en paix au sein de frontières sûres, et reconnaît aussi l'aspiration des Palestiniens à avoir un État», a ajouté le ministre de la Justice.

Pour Nick Xenophon, sénateur australien indépendant, retirer l'adjectif «occupée» signalerait «un changement majeur» dans la politique étrangère australienne, a rapporté l'agence de presse australienne.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer