Naufrage en Corée du Sud: le Parlement va ouvrir une enquête

Des enfants ont participé à une vigile en... (Ahn Young-joon)

Agrandir

Des enfants ont participé à une vigile en mémoire des victimes du naufrage du Sewol, samedi à Séoul.

Ahn Young-joon

Agence France-Presse
SÉOUL

Le Parlement sud-coréen va ouvrir une enquête sur le naufrage du traversier qui a fait 300 morts ou disparus mi-avril, une catastrophe valant de vives critiques au gouvernement, ont annoncé des élus dimanche.

Une session parlementaire spéciale se tiendra cette semaine et des commissions commenceront lundi l'examen de la catastrophe aux fins d'en déterminer les causes et les responsabilités, selon le gouvernement et l'opposition.

Park Young-Sun, du principal parti d'opposition (Nouvelle alliance politique pour la démocratie), a précisé que la session serait consacrée à «l'enquête, à la nomination d'un procureur spécial et à des auditions».

Le bilan officiel, plus de trois semaines après le naufrage du Sewol au large des côtes sud du pays, était dimanche de 275 morts et 29 disparus, en majorité des lycéens provenant du même établissement près de Séoul.

Leurs proches réclament des explications sur les circonstances de l'accident et la mise en route trop lente selon eux des opérations de secours. Ils veulent aussi savoir pourquoi le premier corps n'a été extrait de l'épave que trois jours après le drame.

Les opérations de récupération des corps ont de nouveau été suspendues dimanche pour cause de tempête et de fortes marées.

Le travail des plongeurs, confronté à de forts courants, est de plus en plus difficile à l'intérieur de l'épave. Les cloisons intérieures soumises à la pression se fragilisent et menacent de s'effondrer.

Beaucoup de familles pensent que des jeunes ont pu survivre pendant plusieurs heures, voire plusieurs jours grâce à des trous d'air, mais ont péri en raison des délais d'intervention.

Le Sewol transportait 476 personnes quand il a coulé le 16 avril après avoir chaviré.

Sur les 476 passagers, 325 étaient des étudiants en voyage scolaire vers l'île de Jeju.

Les premiers éléments de l'enquête indiquent que le fret transporté par le traversier était trois fois supérieur au niveau recommandé. Le bateau était en outre moins résistant à la houle en raison de l'ajout illégal de cabines supplémentaires sur plusieurs ponts, en 2012.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer