Enquête sur la présence de rebelles somaliens shebab en Malaisie

Les shebab ont revendiqué l'attaque contre le centre... (Photo: AFP)

Agrandir

Les shebab ont revendiqué l'attaque contre le centre commercial Westgate à Nairobi en septembre 2013, qui avait fait au moins 67 morts.

Photo: AFP

Agence France-Presse
KUALA LUMPUR, Malaisie

La police malaisienne enquête sur la présence de rebelles somaliens shebab liés à Al-Qaïda dans ce pays du Sud-Est asiatique, après l'arrestation d'un insurgé présumé, a indiqué vendredi une source proche du dossier.

La police a arrêté à Kuala Lumpur un Somalien de 34 ans, recherché par Interpol pour des liens présumés avec les insurgés islamistes shebab, auteurs de nombreux attentats meurtriers en Afrique de l'Est, notamment en Somalie et au Kenya.

Elle recherche cinq autres hommes, dont la plupart sont entrés en Malaisie avec un visa étudiant, a précisé vendredi la source sous couvert d'anonymat.

Certains membres du groupe ont quitté le pays, selon cette source, qui prévoit d'autres arrestations.

Un haut responsable de la police malaisienne, Bakri Zinin, avait annoncé jeudi soir l'arrestation du Somalien de 34 ans.

«La police enquête sur les activités en Malaisie de la personne arrêtée pour savoir s'il y a d'autres terroristes liés aux shebabs qui pourraient se cacher ou mener des activités au détriment de la Malaisie», avait-il déclaré.

Les shebab ont revendiqué l'attaque contre le centre commercial Westgate à Nairobi en septembre 2013, qui avait fait au moins 67 morts.

La semaine dernière, la Malaisie a arrêté 11 personnes suspectées d'activités islamistes, sous couvert d'action humanitaire. Ces arrestations et celle annoncée jeudi ne sont pas liées, ont indiqué des sources officielles citées par les médias.

La population malaisienne est très largement musulmane et pratique un islam modéré. Le pays n'a pas connu d'attaques meurtrières depuis longtemps.

Mais plusieurs figures soupçonnées d'implication dans des attentats violents ont séjourné dans le pays, dont Jemaah Islamiyah, soupçonné de complicité dans les attentats de Bali en 2002.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer