Le Boeing disparu, un «missile» potentiel, selon un élu américain

Un journaliste chinois observant les recherches menées pour... (Photo Reuters)

Agrandir

Un journaliste chinois observant les recherches menées pour retrouver le Boeing disparu.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vol MH370

International

Vol MH370

Disparu des radars dans la nuit du 7 au 8 mars avec 239 personnes à bord, le vol MH370 de Malaysia Airlines parti de Kuala Lumpur pour Pékin ne s'est jamais rendu dans la capitale chinoise. Ayant changé son plan de vol et mis le cap vers l'ouest, le Boeing 777, dont on n'a toujours aucune trace, se serait abîmé dans l'océan Indien, selon les autorités malaisiennes. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le Boeing de Malaysia Airlines mystérieusement disparu depuis une semaine pourrait avoir été détourné et caché pour servir plus tard de «missile de croisière», a déclaré dimanche le président de la commission de Sécurité Intérieure à la Chambre des représentants américaine, Michael McCaul.

M. McCaul a souligné qu'à l'heure actuelle il n'est pas sûr que la disparition du Boeing 777 dans d'étranges circonstances soit liée à un acte de terrorisme, dans une interview à la chaîne Fox News. Mais selon lui les autorités américaines sont soucieuses à l'idée que l'avion ait pu atterrir quelque part pour être caché et ensuite réutilisé comme une puissante arme de destruction.

L'avion a pu prendre deux directions après sa disparition: une au nord, vers le Kazakhstan, mais l'appareil aurait certainement été repéré par des radars.

«L'autre hypothèse est qu'il soit allé atterrir dans un pays comme l'Indonésie, et il pourrait être réutilisé par la suite comme un missile de croisière, comme l'ont fait les terroristes du 11-Septembre», a déclaré Michael McCaul.

«Une chose dont est sûr: ce n'était pas un accident. Il s'agit d'un acte délibéré, intentionnel, et la question est de savoir qui est derrière ça», a-t-il ajouté.

Vingt-cinq pays participent désormais aux recherches du vol MH370, qui a changé de cap et désactivé ses communications de manière «délibérée» avant de disparaître il y a huit jours. L'avion, qui assurait la liaison Kuala Lumpur-Pékin, transportait 239 personnes.

Les enquêteurs passaient dimanche au crible les antécédents des pilotes et des passagers.

«De ce que je sais, avec toutes les informations dont on m'a fait part à haut niveau, par le biais du département de sécurité intérieure, le centre national de contre-terrorisme, la communauté du renseignement, il y a quelque chose avec le pilote», a ajouté Michael McCaul.

«Toutes les pistes mènent au cockpit, avec le pilote lui-même et le copilote», a-t-il dit sans pouvoir donner d'autres précisions.

Les proches ou collègues des deux hommes ont jusqu'à présent témoigné de leur professionnalisme et de leur caractère équilibré.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer