Un membre de la secte responsable de l'attaque du métro de Tokyo devant la justice

Makoto Hirata (2e à partir de la gauche),... (ILLUSTRATION MASATO YAMASHITA, AFP/JIJI PRESS)

Agrandir

Makoto Hirata (2e à partir de la gauche), 48 ans, était l'un des derniers responsables de la secte en fuite jusqu'à ce qu'il se rende à la police de lui-même, le 31 décembre 2011.

ILLUSTRATION MASATO YAMASHITA, AFP/JIJI PRESS

Agence France-Presse
Tokyo

Le procès d'un ex-adepte de la secte Aum Vérité suprême s'est ouvert jeudi au Japon, 19 ans après un attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo qui avait fait 13 morts et traumatisé le pays.

Makoto Hirata, 48 ans, était l'un des derniers responsables de la secte en fuite jusqu'à ce qu'il se rende à la police de lui-même, le 31 décembre 2011.

Il n'est toutefois pas jugé pour l'attaque dans le métro elle-même, mais pour d'autres crimes imputés à cette secte dans les années 1990.

Il est notamment poursuivi pour son rôle présumé dans l'enlèvement en février 1995 d'un homme de 68 ans ayant accordé refuge à sa soeur qui tentait de fuir l'emprise d'Aum. La victime avait été emmenée dans une maison communautaire de la secte au pied du mont Fuji, où elle était morte le lendemain par suffocation après avoir subi une injection.

Makoto Hirata nie avoir joué un rôle important dans cet enlèvement et la mort de la victime, affirmant qu'il n'avait que surveiller les abords du local. «Je n'ai aucune idée de ce qui s'est passé après avoir terminé mon tour de garde», a-t-il expliqué jeudi au tribunal à Tokyo.

Il avait rejoint la secte en 1984 et y avait notamment assuré la protection du gourou Shoko Asahara, un maître de yoga à moitié aveugle fondateur d'Aum, qui a attiré jusqu'à 10 000 fidèles.

Sous la direction de Shoko Asahara, la secte a perpétré divers crimes jusqu'à l'attaque dans le métro de Tokyo : le 20 mars 1995, des membres d'Aum avaient libéré du gaz sarin à l'heure de pointe matinale dans plusieurs rames sur différentes lignes au coeur de la capitale, à proximité des ministères. L'attentat avait fait 13 morts et plus de 6000 blessés.

Selon les autorités judiciaires, Aum a commis cet attentat pour créer une situation de désordre visant à perturber les efforts de la police qui enquêtait sur ses pratiques et à concrétiser les prédictions apocalyptiques d'Asahara.

Depuis lors, 13 responsables de la secte ont été condamnés à mort et attendent d'être exécutés pour cette attaque et d'autres crimes, dont le gourou. Au total, 189 membres d'Aum ont été poursuivis.

Après le procès de Makoto Hirata qui devrait durer deux mois, deux autres ex-membres de la secte devront encore être jugés, Naoko Kikuchi et Katsuya Takahashi. Ils avaient été arrêtés coup sur coup en juin 2012, mettant fin à une traque de plus de 17 années.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer