Un immeuble illégal s'effondre à Bombay: le bilan s'élève à 45 morts

Les secouristes tentent à coups de pelle mécanique... (PHOTO PUNIT PARANJPE, AFP)

Agrandir

Les secouristes tentent à coups de pelle mécanique de déblayer les gravats et dégager les rescapés, le 5 avril.

PHOTO PUNIT PARANJPE, AFP

Partager

Sur le même thème

Agence France-Presse
Bombay

Au moins 45 personnes, en majorité des ouvriers et leurs familles, sont mortes dans l'effondrement d'un immeuble en construction à la périphérie de Bombay, dans l'ouest de l'Inde, ont annoncé vendredi les autorités qui recherchent les responsables de ce chantier sans autorisation.

L'immeuble de sept étages s'est effondré jeudi soir comme un château de cartes, provoquant un enchevêtrement d'acier et de blocs de gravats qui freinait les efforts des secours à la recherche de survivants.

Les secours ont travaillé toute la nuit à la pelle mécanique pour déblayer les gravats et dégager les rescapés, ensuite évacués sur des civières de fortune. Deux bébés ont été retrouvés au cri de «Dieu est grand» et sous les vivats de la foule, a rapporté un photographe de l'AFP.

«Le bilan est désormais de 38 morts et 69 blessés», a déclaré Sandeep Malvi, un porte-parole de la municipalité de Thane, à 35 km de Bombay. Un précédent bilan faisait état de 29 morts.

Parmi les victimes figurent au moins 7 femmes et neuf enfants.

«Le bâtiment (qui s'est effondré) était une construction sans autorisation. Nous allons enquêter là-dessus et faire un rapport», a assuré à l'AFP M. Malvi.

Un responsable de la police locale, K.P. Raghuvanshi, a indiqué que ses services allaient engager des poursuites pour homicide involontaire contre les constructeurs. «Il y a deux constructeurs et nous les recherchons», a-t-il dit.

La plupart des victimes étaient des ouvriers venus à Bombay pour trouver du travail dans la construction. Ces migrants indiens touchent en général un salaire de quelques centaines de roupies (moins de 13 $) par jour.

Ils emmènent souvent leur femme et leurs enfants sur les chantiers et y vivent le temps des travaux, parfois sous des bâches, sans aucune commodité.

L'administration civile locale a indiqué qu'elle enquêtait sur l'accident et qu'elle allait inspecter les bâtiments ayant récemment été construits dans le quartier, où vivent en majorité des banlieusards de la classe moyenne.

Selon le quotidien Hindustan Times, les sept étages ont été construits en moins de quatre mois, avec des matériaux de piètre qualité.

«Il devait forcément s'effondrer vu la mauvaise qualité des matériaux utilisés par les constructeurs», a déclaré le responsable de la cellule locale de gestion des catastrophes, cité par le journal.

Les effondrements de bâtiments sont fréquents en Inde, où la croissance économique a fait sortir de terre de nombreuses structures à plusieurs étages érigées sans respect des normes, et parfois sans autorisation.

En novembre 2010, 69 personnes avaient été tuées et plus de 80 autres blessées à New Delhi lorsqu'un immeuble en construction s'était effondré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer