La Corée du Nord menace de frapper des bases américaines

Un village nord-coréen près de la frontière avec... (Photo Lee Jin-man, AP)

Agrandir

Un village nord-coréen près de la frontière avec le sud. Washington et Séoul mènent actuellement, au Sud, des manoeuvres conjointes annuelles, et les États-Unis ont dévoilé en début de semaine qu'elles incluaient des vols d'entraînement de bombardiers B-52.

Photo Lee Jin-man, AP

Partager

Agence France-Presse
Séoul

La Corée du Nord a menacé jeudi de frapper les bases militaires américaines au Japon et à Guam, pour riposter aux vols d'entraînement des bombardiers américains B-52 au-dessus de la Corée du Sud dans le cadre des manoeuvres conjointes américano-sud-coréennes.

«Les États-Unis ne devraient pas oublier que la base Anderson Airbase à Guam, d'où décollent les B-52, de même que les bases navales sur l'île principale du Japon et sur Okinawa, sont toutes à portée» de nos frappes, a déclaré le commandement suprême de l'armée nord-coréenne dans un communiqué transmis par l'agence nord-coréenne KCNA.

Washington et Séoul mènent actuellement, au Sud, des manoeuvres conjointes annuelles, et les États-Unis ont dévoilé en début de semaine qu'elles incluaient des vols d'entraînement de bombardiers B-52.

Le B-52 peut exécuter diverses missions, dont celle d'emporter des bombes guidées de précision, conventionnelles ou nucléaires, avait précisé le porte-parole du Pentagone, George Litte.

Mercredi, Pyongyang a prévenu qu'il riposterait de manière «vigoureuse» si ces vols de B-52 se poursuivaient.

Ce n'est pas la première fois que les États-Unis effectuent des vols d'entraînement de leurs bombardiers dans les cieux sud-coréens, mais le Pentagone a cette fois choisi de bien souligner ces faits afin d'envoyer «un signal très fort» à Pyongyang sur l'engagement de Washington aux côtés de son allié, la Corée du Sud.

Depuis quelques semaines, la tension est remontée d'un cran sur la péninsule, en raison du tir réussi en décembre 2012 d'une fusée nord-coréenne, considérée par Séoul et ses alliés comme un missile balistique, suivi d'un troisième essai nucléaire en février puis de nouvelles sanctions votées par le Conseil de sécurité de l'ONU à l'encontre de Pyongyang.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer