Une nouvelle affaire de viol qui scandalise l'Inde

Des milliers d'Indiens ont manifesté aujourd'hui dans plusieurs... (PHOTO SAJJAD HUSSAIN, AFP)

Agrandir

Des milliers d'Indiens ont manifesté aujourd'hui dans plusieurs villes du pays pour dénoncer la violence faite au femme, au lendemain du viol d'une fillette de 7 ans, dans une école de Goa.

PHOTO SAJJAD HUSSAIN, AFP

Partager

Agence France-Presse
Panaji, Inde

Des milliers d'Indiens ont manifesté mardi dans l'État touristique de Goa après le viol d'une fillette de sept ans dans les toilettes de son école, provoquant un regain de colère après une affaire de viol collectif d'une étudiante dans un bus à New Delhi, qui a choqué le pays.

Des foules d'habitants ont commencé à manifester lundi soir devant le lycée Deepvihar, dans la ville Vasco da Gama, pour demander l'arrestation de la directrice et de l'agresseur.

La police a peu après arrêté la chef de cet établissement, qui compte une section pour le primaire, pour manquement présumé à ses devoirs.

Mais les forces de l'ordre recherchaient toujours l'auteur présumé, présenté comme un jeune d'à peine 20 ans s'étant introduit dans l'école lundi matin en dépit des forces de sécurité postées à l'entrée.

Une source policière, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, a indiqué à l'AFP que la fillette avait été violée pendant la récréation, après avoir été traînée jusque dans les toilettes situées près du bureau de la directrice.

La police a été appelée lorsque l'écolière, se plaignant de douleurs, a subi un examen médical. La victime a ensuite été brièvement hospitalisée, a indiqué à l'AFP une travailleuse sociale au sein d'une organisation caritative, qui l'accompagnait. «Elle récupère maintenant chez elle», a-t-elle dit.

L'identité de la victime n'a pas été dévoilée, conformément à la loi indienne en matière de viol.

L'affaire a provoqué d'autres manifestations en plusieurs lieux de la ville mardi. Des magasins ont fermé en signe de protestation.

Le chef du gouvernement de Goa, Manohar Parrikar, s'est rendu à l'école pour appeler les manifestants au calme.

«Nous n'épargnerons ni l'accusé ni quiconque impliqué dans ce crime», a-t-il lancé à la foule.

L'affaire a été transférée au département criminel de la police de Goa, qui a eu recours à l'aide d'un membre du personnel enseignant pour dessiner un croquis de l'auteur présumé. Le jeune homme avait été aperçu rôdant dans l'école.

Ce fait divers survient après le viol collectif en décembre d'une étudiante de 23 ans dans un autobus à New Delhi, décédée des suites de l'agression, qui a profondément choqué le pays.

Lundi à Goa, un policier a par ailleurs été inculpé d'agressions sexuelles sur des prostituées, qui affirment que ce fonctionnaire et deux autres de ses collègues - aujourd'hui tous suspendus - abusaient sexuellement d'elles en échange de leur protection lors de leurs activités.

La police a aussi annoncé dimanche l'arrestation de six hommes dans l'État du Pendjab (nord), soupçonnés d'avoir participé au viol collectif d'une femme montée dans un bus.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer