Venezuela: le jeune violoniste interdit de manifester

Wuilly Arteaga veut envoyer avec son violon «un... (PHOTO AFP)

Agrandir

Wuilly Arteaga veut envoyer avec son violon «un message de paix» en jouant au milieu des affrontements qui ont fait 125 morts en quatre mois dans son pays.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le jeune Vénézuélien devenu célèbre en jouant du violon pendant les manifestations contre le pouvoir n'a plus le droit de participer à de nouveaux rassemblements, depuis sa libération mardi après 19 jours de détention, a affirmé jeudi une ONG.

Wuilly Arteaga, 23 ans, devra se présenter tous les huit jours aux tribunaux qui lui ont imposé une «interdiction de participer aux manifestations», selon Alfredo Romero, directeur de l'ONG de défense des droits de l'homme Foro Penal.

«Je ne peux pas être libre car mon pays n'est PAS libre et les prisonniers politiques non plus. Cette "liberté" asphyxie», a écrit le violoniste sur Twitter.

Wuilly Arteaga avait été libéré en pleine nuit mardi par des militaires de la Garde nationale à Altamira, dans un quartier de l'est de Caracas qui est souvent le théâtre de manifestations contre le pouvoir.

Il avait été arrêté le 27 juillet puis inculpé par un tribunal de la capitale pour «incitation publique» à manifester et «possession d'une substance incendiaire».

M. Romero a nié que le jeune homme ait détenu une telle substance.

Cinq jours plus tôt il avait été blessé au visage, probablement par des plombs de chasse, au cours d'une manifestation.

«Je ne vais pas me laisser intimider», avait-il alors déclaré dans une vidéo où on pouvait le voir sur une civière, le visage bandé et tuméfié. «Nous allons continuer la lutte».

Au cours de sa détention, Wuilly Arteaga a été «battu et torturé», a affirmé Alfredo Romero à l'AFP. «Ils l'ont battu brutalement, parfois avec son propre violon, Il a perdu l'audition de l'oreille droite».

Wuilly Arteaga est devenu un symbole des manifestations qui ont débuté il y a plus de quatre mois pour le départ du pouvoir du président Maduro. Il avait déclaré vouloir envoyer avec son violon «un message de paix» en jouant au milieu des affrontements qui ont fait 125 morts en quatre mois.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer