Le Mexique prêt à renégocier l'ALENA dès juin

L'ALENA est dans le collimateur de Donald Trump,... (Photo Daniel Becerril, archives REUTERS)

Agrandir

L'ALENA est dans le collimateur de Donald Trump, qui l'accuse d'avoir précipité la désindustrialisation aux États-Unis et les délocalisations d'usine vers le Mexique.

Photo Daniel Becerril, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Detroit

Le Mexique espère entamer mi-juin la renégociation de l'ALENA avec les États-Unis et le Canada, mais s'oppose aux menaces de droits de douane agitées par l'administration Trump, a déclaré vendredi son ministre de l'Économie.

Ildefonso Guajardo Villarreal, ministre mexicain de l'Économie... (photo Rebecca Cook, REUTERS) - image 1.0

Agrandir

Ildefonso Guajardo Villarreal, ministre mexicain de l'Économie

photo Rebecca Cook, REUTERS

«Je crois fermement que l'ALENA a été un grand succès», a déclaré Ildefonso Guajardo lors d'une visite à Detroit, la capitale de l'industrie automobile américaine, tout en affirmant que l'accord signé en 1994 avait besoin d'être revisité.

«Les téléphones portables n'existaient pas» à l'époque, a-t-il argumenté dans un discours, afin d'illustrer les évolutions technologiques survenues depuis sa signature.

Il a également rencontré des représentants des constructeurs automobiles Ford et General Motors.

L'ALENA est dans le collimateur de Donald Trump, qui l'accuse d'avoir précipité la désindustrialisation aux États-Unis et les délocalisations d'usine, notamment dans le secteur automobile.

Le président américain a appelé à sa renégociation, voire à son abrogation, même s'il n'a pas encore officiellement lancé le processus en notifiant le Congrès.

Le ministre mexicain a assuré qu'une renégociation se justifiait, mais qu'elle devrait profiter à l'ensemble des trois États signataires.

«Nous pensons que cela peut être très positif», a affirmé M. Guajardo, assurant que les consommateurs mexicains pourraient grandement bénéficier d'une concurrence accrue dans le domaine des télécommunications et des services financiers.

Le ministre a en revanche critiqué les menaces de l'administration américaine d'imposer des droits de douane sur les produits fabriqués au Mexique, assurant que de telles mesures plomberaient les relations avec les États-Unis.

Fin février, le ministre avait déjà assuré qu'il se «lèverait aussitôt de la table» des négociations si les États-Unis imposaient de telles mesures.

À Detroit, M. Guajardo a également estimé que les États-Unis avaient «le droit» de construire un mur à leur frontière avec le Mexique, mais qu'ils devront faire en sorte que les immigrants «légaux» puissent continuer à passer.

Le président américain a invariablement répété qu'il construirait ce mur et que le Mexique en assumerait le coût financier.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer