Cuba: Raul Castro envoie ses félicitations à Donald Trump

En mars dernier, la visite historique de Barack... (PHOTO D'ARCHIVES)

Agrandir

En mars dernier, la visite historique de Barack Obama à Cuba avait été l'occasion de célébrer un dégel longtemps inimaginable entre les deux pays.

PHOTO D'ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LA HAVANE

Le président cubain Raul Castro, artisan avec son homologue américain Barack Obama du rapprochement entre Washington et La Havane, a félicité Donald Trump, vainqueur de la présidentielle de mardi aux États-Unis.

Conformément à l'usage, le président cubain, dont le pays a rétabli ses relations diplomatiques avec les États-Unis en juillet 2015, a «envoyé un message de félicitations à M. Donald J. Trump pour son élection comme président des États-Unis», a annoncé mercredi le ministère cubain des Affaires étrangères dans un bref communiqué.

L'élection du milliardaire populiste a pris le monde par surprise, et a été souvent accueillie avec inquiétude et froideur à l'étranger.

En guise de première réaction, le gouvernement de Raul Castro a annoncé mercredi matin dans la presse d'État la tenue, la semaine prochaine, d'exercices militaires «stratégiques» à l'échelle nationale visant à faire face à une éventuelle invasion, sans toutefois faire explicitement le lien avec l'élection de Donald Trump.

Ces manoeuvres avaient été mises en place pour la première fois au moment de l'élection du républicain Ronald Reagan en 1980. Les derniers exercices de ce type s'étaient tenus en 2013.

À Cuba, de nombreux habitants ont fait part de leur inquiétude au lendemain de cette élection, Donald Trump ayant laissé entendre qu'il reviendrait sur certaines concessions accordées par son prédécesseur au régime communiste dans le cadre du spectaculaire dégel lancé fin 2014.

Le magnat de l'immobilier a également déclaré qu'il était pour l'instant opposé à la suppression de l'embargo financier et commercial imposé à l'île depuis 1962. Sa levée dépend toutefois du Congrès, qui était et reste sous le contrôle des républicains.

Le 45e président américain prendra ses fonctions le 20 janvier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer