Haïti: un adolescent abattu lors d'une manif aux Cayes

La mort de l'adolescent a soulevé l'ire de... (PHOTO AP)

Agrandir

La mort de l'adolescent a soulevé l'ire de plusieurs personnes qui ont paralysé la troisième plus grande ville en importance en Haïti.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
David McFadden
Associated Press
Les Cayes

Un jeune adolescent a été abattu en Haïti, mardi, lors d'une manifestation pour dénoncer les retards dans la distribution de l'aide humanitaire moins d'un mois après le passage destructeur d'un ouragan de catégorie 4. C'est le deuxième décès du genre depuis une semaine.

Des journalistes de l'Associated Press ont vu des manifestants dévaler les rues de la ville des Cayes avec un chariot de bois transportant le corps du garçon qui était recouvert d'un drap blanc ensanglanté.

Les manifestants scandaient: «Nous voulons la justice» en se rassemblant autour du corps.

Le maire Jean Gabriel Fortune a dit que le jeune homme avait été tué lors d'affrontements entre les policiers et les manifestants, qui tentaient de monter à bord d'un bateau de provisions provenant de Porto Rico.

Le maire a indiqué qu'une enquête était en cours.

M. Fortune a soutenu que les policiers se trouvaient dans une «position très difficile» alors qu'ils tentent de diminuer les tensions dans les circonstances.

Le maire a exprimé sa frustration quant à «l'incapacité et la faiblesse» du gouvernement central, à Port-au-Prince, pour assurer l'acheminement de l'aide dans le reste du pays depuis le passage de l'ouragan Matthew dans le sud du pays.

«Nous ne pouvons même pas prendre (les réserves) du bateau. La nourriture est là depuis des jours», s'est-il désolé.

La mort de l'adolescent a soulevé l'ire de plusieurs personnes qui ont paralysé la troisième plus grande ville en importance en Haïti, érigeant dans les rues des barricades avec des pneus enflammés.

«Personne ici ne reçoit de nourriture. C'est pour ça que ça arrive», a expliqué Junior Pierre Luc, un réparateur d'ordinateur qui s'est joint à la manifestation.

Une jeune femme était décédée lors d'une manifestation similaire, la semaine dernière, dans le village de Dame Marie. Cinq autres personnes avaient aussi été blessées dans un incendie qui a éclaté tandis que les autorités distribuaient de la nourriture aux victimes de l'ouragan.

Les émeutiers avaient apparemment lancé des pierres et des coquillages à la police et aux Casques bleus, qui se sont défendus avec des gaz lacrymogènes et des projectiles.

Une autre enquête est en cours sur ce décès.

Selon l'ONU, environ 69 pour cent des ménages de la région frappée de plein fouet par l'ouragan ne consomment pas assez de nourriture. En tout, 2,1 millions de personnes ont été affectées par la catastrophe, dont près de 900 000 enfants.

Environ 141 500 personnes vivent toujours dans les quelque 200 refuges temporaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer