L'ouragan Matthew a fait plus de 800 morts en Haïti

  • Scène de désolation à Jérémie, dans le sud d'Haïti, le 6 octobre. (photo UNICEF Canada)

    Plein écran

    Scène de désolation à Jérémie, dans le sud d'Haïti, le 6 octobre.

    photo UNICEF Canada

  • 1 / 10
  • Un homme est photographié dans ce qui reste de sa maison après le passage de <em>Matthew</em>, dans le quartier Sous Roche dans la ville Des Cayes, le 6 octobre. (photo HECTOR RETAMAL, AFP)

    Plein écran

    Un homme est photographié dans ce qui reste de sa maison après le passage de Matthew, dans le quartier Sous Roche dans la ville Des Cayes, le 6 octobre.

    photo HECTOR RETAMAL, AFP

  • 2 / 10
  • Le candidat à la présidentielle Jovenel Moïse (chemise bleue) est accueilli chaleureusement par des partisans alors qu'il visite la ville de Jérémie, dévastée par le passage de <em>Matthew</em>, le 6 octobre. La commune du département de Grand'Anse est surnommée la Cité des poètes en raison du grand nombre d'hommes de lettres qui y sont nés. (photo Carlos Garcia Rawlins, REUTERS)

    Plein écran

    Le candidat à la présidentielle Jovenel Moïse (chemise bleue) est accueilli chaleureusement par des partisans alors qu'il visite la ville de Jérémie, dévastée par le passage de Matthew, le 6 octobre. La commune du département de Grand'Anse est surnommée la Cité des poètes en raison du grand nombre d'hommes de lettres qui y sont nés.

    photo Carlos Garcia Rawlins, REUTERS

  • 3 / 10
  • Des gens marchent à proximité de maisons détruites par le passage de <em>Matthew</em>, sur le littoral de Jérémie, le 6 octobre. (photo Carlos Garcia Rawlins, REUTERS)

    Plein écran

    Des gens marchent à proximité de maisons détruites par le passage de Matthew, sur le littoral de Jérémie, le 6 octobre.

    photo Carlos Garcia Rawlins, REUTERS

  • 4 / 10
  • Des objets électroniques couverts de boue sont vus à l'extérieur d'un bureau complètement détruit par <em>Matthew</em>, aux Cayes, le 6 octobre. (photo Dieu Nalio Chery, AP)

    Plein écran

    Des objets électroniques couverts de boue sont vus à l'extérieur d'un bureau complètement détruit par Matthew, aux Cayes, le 6 octobre.

    photo Dieu Nalio Chery, AP

  • 5 / 10
  • Une vue aérienne de Jérémie montre l'étendue des dégâts causés par <em>Matthew</em>, le 6 octobre. Beaucoup de maisons, dont les toits en tôle n'ont pas résisté aux vents soufflés par l'ouragan, se retrouvent aujourd'hui à ciel ouvert. (photo Carlos Garcia Rawlins, REUTERS)

    Plein écran

    Une vue aérienne de Jérémie montre l'étendue des dégâts causés par Matthew, le 6 octobre. Beaucoup de maisons, dont les toits en tôle n'ont pas résisté aux vents soufflés par l'ouragan, se retrouvent aujourd'hui à ciel ouvert.

    photo Carlos Garcia Rawlins, REUTERS

  • 6 / 10
  • Un professeur des Cayes nettoie son bureau ravagé par <em>Matthew</em>, le 6 octobre. (photo Dieu Nalio Chery, AP)

    Plein écran

    Un professeur des Cayes nettoie son bureau ravagé par Matthew, le 6 octobre.

    photo Dieu Nalio Chery, AP

  • 7 / 10
  • Une petite fille aide sa mère à retirer la boue laissée dans sa maison par le passage de <em>Matthew</em>, dans la ville des Cayes, située sur la péninsule de Tiburon, le 6 octobre. (photo Dieu Nalio Chery, AP)

    Plein écran

    Une petite fille aide sa mère à retirer la boue laissée dans sa maison par le passage de Matthew, dans la ville des Cayes, située sur la péninsule de Tiburon, le 6 octobre.

    photo Dieu Nalio Chery, AP

  • 8 / 10
  • avertissement photo (La Presse)

    Plein écran

    avertissement photo

    La Presse

  • 9 / 10
  • Des secouristes enterrent les corps de deux victimes de l'ouragan <em>Matthew</em> à Jérémie, le 6 octobre. La tempête a fait des centaines de morts en Haïti. (photo Carlos Garcia Rawlins, REUTERS)

    Plein écran

    Des secouristes enterrent les corps de deux victimes de l'ouragan Matthew à Jérémie, le 6 octobre. La tempête a fait des centaines de morts en Haïti.

    photo Carlos Garcia Rawlins, REUTERS

  • 10 / 10

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
AmÉlie BARON
Agence France-Presse
LES CAYES, Haïti

L'ouragan Matthew a fait au moins 842 morts lors de son passage sur Haïti mercredi, selon des officiels de la Direction de la protection civile haïtienne, cités par l'agence de presse Reuters.

Ce nouveau bilan a été confirmé par une branche locale de l'organisation gouvernementale émanant du ministère de l'Intérieur et des collectivités territoriales. Le ministère de l'Intérieur n'a toujours pas revu à la hausse son bilan officiel qui demeure à 271 morts. 

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

Les autorités haïtiennes et les ONG font état d'un bilan humain dramatique après le passage de l'ouragan Matthew sur l'île mercredi.

Des bilans qui diffèrent souvent selon les sources, mais qui sont toujours extrêmement lourds. 

Au moins 400 personnes ont perdu la vie, a indiqué à l'AFP le sénateur haïtien Hervé Fourcand, élu de la région Sud. Tout en précisant qu'un certain nombre de communes restaient inaccessibles plusieurs jours après l'arrivée sur le pays de l'ouragan alors de catégorie 4, sur une échelle de cinq. Il soufflait alors autour de 230 km/h.

La protection civile du Sud a évoqué pour sa part un bilan de 315 morts. Mais ce chiffre ne prend pas en compte les communes de Camp Perrin, Les Anglais, Coteaux et Arniquet, a-t-elle précisé à l'AFP.

Le sud-ouest du pays, surtout la péninsule de Tiburon, a payé le plus lourd tribut, en particulier les localités côtières Jérémie, qui compte environ 30 000 habitants, et Les Cayes, troisième ville du pays.

La boue a tout envahi, des routes étaient toujours impraticables et un pont crucial a été emporté mardi.

Lourd tribut

Selon un bilan à jeudi soir du bureau des Nations unies pour l'aide humanitaire (OCHA), jusqu'à 80 % des récoltes ont été perdues par endroits et plus de 350 000 personnes ont besoin d'une assistance humanitaire. Plus de 21 000 personnes ont été évacuées.

« De très importants dégâts sont attendus à Grand'Anse et dans le sud, en particulier dans les villes des Cayes, Jérémie et Port Salut », a indiqué l'OCHA vendredi matin.

Plus de 29 000 maisons ont été détruites rien que dans le sud. À Jérémie « 80 % des bâtiments ont été rasés », selon Jean-Michel Vigreux, directeur de l'ONG Care Haïti.

Aux Cayes, les habitants tentaient de reprendre une vie normale vendredi matin avec le retour du soleil. Matelas et habits détrempés séchaient tandis que des habitants s'activaient aux réparations.

Son quartier de Croix-Marche à Terre a particulièrement souffert. Ce n'était plus vendredi matin qu'un entrelacs d'arbres déchiquetés, de tôles, de détritus en tous genres d'où émergeaient des maisons éventrées, qui n'étaient souvent que de simples abris de fortune avant la puissante tempête.

Les plantations de bananiers et de manguiers de la plaine environnante ont été totalement ravagées, a constaté une journaliste de l'AFP.

Accompagné de plusieurs ministres, le premier ministre Enex Jean-Charles doit aller vendredi « constater l'état de certaines infrastructures affectées et marquer sa solidarité (...) avec les victimes du grand Nord », selon un communiqué officiel.



 Washington envoie un navire militaire en Haïti 

Les États-Unis ont envoyé vendredi le navire de transport militaire USS Mesa Verde, avec 300 soldats des Marines à bord, pour participer aux opérations d'assistance en Haïti.

Ce navire va renforcer le dispositif d'assistance des militaires américains, qui compte pour l'instant 250 hommes et 9 hélicoptères déployés sur l'île, selon Southcom, le commandement militaire américain pour la zone sud-américaine.

Le Mesa Verde avait quitté Norfolk en Virginie mercredi et attendait depuis en mer un ordre de déploiement.

Le Mesa Verde transporte des équipes de Marines spécialisées dans l'aide médicale d'urgence et la reconstruction. Il dispose notamment de trois hélicoptères de transport lourds CH-53 Super Stallion et d'engins de débarquement.

Avant de donner son feu vert, l'administration américaine attendait de savoir quels étaient les besoins sur l'île, mais aussi comment la situation allait évoluer aux États-Unis même. En effet, l'ouragan remonte en ce moment vers le nord, le long de la côte Est américaine.

Deux autres navires militaires américains sont également déjà en mer et prêts à être déployés si besoin, le porte-avions USS George Washington et le navire-hôpital USNS Comfort.

Aux États-Unis, plus de 6000 militaires de la Garde nationale sont déjà mobilisés et d'autres le seront si nécessaire, a indiqué vendredi matin le général James C. Witham, l'un des responsables de la Garde, dans un point presse au Pentagone.

«La dernière fois que nous avons eu des opérations de cette taille, c'était pendant l'ouragan Sandy» en 2012 qui avait fait près de 200 morts.

Selon le responsable américain, les autorités espèrent toutefois que l'ouragan ne pénétrera pas à l'intérieur des terres.

«Nous continuons d'espérer que la trajectoire» de l'ouragan restera «au large des côtes», a-t-il dit.

Les militaires se préparent «surtout pour des inondations (...) plus que pour des vents violents, a-t-il dit.

De son côté, le secrétaire à la Défense Ashton Carter a annulé un déplacement officiel en Colombie ce week-end, a indiqué un porte-parole du Pentagone, le capitaine de vaisseau Jeff Davis.

La décision a été prise en raison du rôle que l'armée pourrait être amenée à jouer dans les opérations de secours aux États-Unis, a-t-il indiqué.

République dominicaine

Matthew a fait au moins quatre morts et endommagé 3000 maisons. Quelque 36 500 personnes ont été déplacées.

Cuba

Les autorités n'ont pas fait état de victimes, mais quatre localités côtières à l'est de l'île ont subi d'importantes destructions.

Au total, plus de 1,3 million de personnes avaient été évacuées dans les six provinces de l'est du pays.

Par ailleurs, la base et prison américaine de Guantanamo avait aussi évacué ses personnels non essentiels et leurs familles. Les 61 prisonniers de la prison militaire controversée étaient en revanche restés sur place, les bâtiments étant assez solides pour résister à ce type de tempête.

Vers 11 h mercredi, l'US Navy a signalé un retour à la normale à Guantanamo.

Bahamas

Les aéroports avaient été fermés, les bateaux de croisière déroutés et les habitants sommés par les autorités de gagner les hauteurs des îles, par peur de la montée des eaux, avant le passage de Matthew vendredi.

Aucune victime n'a été signalée. De nombreux dégâts et coupures d'électricité ont été recensés, mais moins importants que redoutés.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer