Vive émotion au Brésil après la noyade d'une vedette de telenovela

Le décès par noyade de l'un des acteurs les plus populaires du Brésil sur les... (Photo tirée de la page Facebook officielle de Domingos Montagner)

Agrandir

Photo tirée de la page Facebook officielle de Domingos Montagner

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claire DE OLIVEIRA NETO
Agence France-Presse
RIO DE JANEIRO

Le décès par noyade de l'un des acteurs les plus populaires du Brésil sur les lieux du tournage de la telenovela suivie chaque soir par des millions de Brésiliens suscitait vendredi une vive émotion dans le pays : son personnage avait justement frôlé la mort dans ce fleuve.

À l'apogée de sa gloire, le séduisant Domingos Montagner, 54 ans, qui avait le rôle principal dans la série Velho Chico diffusée sur une des chaînes de Globo a plongé jeudi... vers la mort dans une triste coïncidence où la réalité dépasse la fiction.

Après avoir tourné l'une des dernières scènes de la telenovela qui prend fin dans 15 jours et se déroule dans le nord-est, l'acteur a décidé d'aller se baigner avec sa partenaire dans la série, Camila Pitanga.

Ils ont plongé dans le fleuve São Francisco qui traverse la région, surnommé par les habitants « Velho Chico ».

Les deux acteurs ignoraient se trouver dans l'un des endroits les plus dangereux du fleuve et ont été surpris par le courant. L'actrice a réussi à se réfugier sur un rocher : « J'ai essayé à deux reprises de lui tenir la main, mais la force du courant l'a entraîné », a-t-elle raconté aux autorités.

Désespérée, elle criait pour demander du secours, mais les habitants ont tardé à réagir, pensant qu'il s'agissait d'une scène du tournage.

Velho Chico met en scène les luttes de pouvoir entre deux familles de propriétaires terriens, dans les années 1970.

Domingos Montagner interprétait Santo, qui dans un épisode disparaissait dans ce même fleuve après avoir été blessé par balle.

Mais dans la fiction, il finissait par être repêché par une tribu indigène et ressuscité par l'amour de Tereza (Camila Pitanga).

Malédiction

Dès l'annonce de sa disparition jeudi après-midi, avant même que sa mort ait été confirmée - elle le serait quatre heures plus tard quand son corps a été retrouvé coincé à 30 mètres de profondeur - anonymes et personnalités se sont emparés des réseaux sociaux. Ils y disaient leur inquiétude puis leur peine et leur admiration.

« C'est la perte d'un collègue merveilleux et d'un acteur gigantesque », a réagi le journaliste Carlos Henrique Schroder.

« Tant d'admiration pour toi. Je vais la garder avec moi pour toujours », a publié l'actrice Deborah Secco.

Certains sont même allés jusqu'à attribuer la tragédie « à une malédiction du São Francisco », selon une légende de la région.

En avril, un autre acteur de cette série suivie chaque soir par des millions de téléspectateurs, Umberto Magnani, 75 ans, qui interprétait un curé, était mort d'un AVC.

La disparition de Montagner a pris le devant de l'actualité brésilienne jusque-là dominée par le feuilleton de la crise politique.

Au même moment jeudi, l'ancien président Lula, icône de la gauche latino-américaine, attribuait ainsi les graves accusations de corruption à son encontre à la volonté des « élites » de « détruire » sa vie politique, après la destitution controversée de sa dauphine Dilma Rousseff, le 31 août.

« Comme dans un feuilleton, ils ont créé un épilogue : ils ont élu (Michel) Temer, destitué Dilma Rousseff et maintenant ils veulent détruire la vie politique de Lula », a clamé l'ex-président (2003-2010) dans une conférence de presse retransmise en direct à la télévision.

Marié et père de trois jeunes enfants, Domingos Montagner, né à São Paulo, avait commencé sa carrière dans le cirque. Il est arrivé tardivement à la télévision en 2008 et en 2011 il était l'un des acteurs les plus populaires du pays, jouant le rôle principal de plusieurs telenovelas de Globo.

Avec plus de 2500 heures de programmes et feuilletons produites chaque année, Globo détient un record mondial.

Ces telenovelas sont traduites en plus de 30 langues et diffusées dans plus de 100 pays, selon Globo.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer