Colombie: 21 ans de prison pour avoir attaqué une femme à l'acide

«C'est une punition exemplaire», a salué Natalia Ponce,... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

«C'est une punition exemplaire», a salué Natalia Ponce, l'une des près de 1000 victimes d'attaques à l'acide depuis 2004 en Colombie, l'un des pays les plus touchés par ces agressions selon les autorités.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Un homme reconnu coupable d'avoir défiguré une femme avec de l'acide en Colombie a été condamné vendredi à 21 ans de prison, une peine considérée comme «exemplaire» par la victime, Natalia Ponce, devenue un symbole de ce fléau dans le pays.

Jonathan Vega a été condamné à une peine de 21 ans et 10 mois de prison par un tribunal de Bogota «comme auteur responsable du délit de tentative d'homicide aggravée», pour lui avoir jeté de l'acide sulfurique avec préméditation, a annoncé le parquet dans un communiqué.

«C'est une punition exemplaire», a salué Natalia Ponce, l'une des près de 1000 victimes d'attaques à l'acide depuis 2004 en Colombie, l'un des pays les plus touchés par ces agressions selon les autorités.

Le 27 mars 2014, Jonathan Vega, «vêtu d'une veste et d'une capuche cachant son visage», s'était rendu à la résidence de la victime et s'était fait passer pour son ancien petit ami pour se faire ouvrir la porte avant de lui «jeter à plusieurs reprises de l'acide sulfurique sur le visage», selon le parquet.

«Les dommages occasionnés ont touché la région abdominale, avec des brûlures au premier et second degré, la langue, la lèvre inférieure, les globes oculaires, les bras et les avant-bras, mettant sa vie en danger avec une grande probabilité de séquelles permanentes», a-t-il ajouté.

L'accusé, même s'il souffrait de «schizophrénie paranoïaque», «était conscient de ce qu'il faisait et du délit qu'il allait commettre», a souligné le parquet. Il recevra en prison «les traitements psychiatriques nécessaires».

Natalia Ponce, qui se considère comme «une survivante» après avoir subi plus d'une quinzaine d'opérations chirurgicales, avait raconté son histoire en 2015 dans un livre. Elle était apparue en janvier pour la première fois en public à visage découvert, à l'occasion de la promulgation de la loi sanctionnant les attaques à l'acide de peines allant jusqu'à 30 ans de prison.

La mère de la victime avait raconté aux médias locaux que Jonathan Vega harcelait sa fille avant de commettre cette attaque. Il a fait appel de sa condamnation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer