Premier vol commercial régulier entre les É.-U. et Cuba en plus de 50 ans

L'embarquement de ces premiers passagers d'un vol commercial... (photo RHONA WISE, AFP)

Agrandir

L'embarquement de ces premiers passagers d'un vol commercial régulier entre les deux pays en cinq décennies s'est fait dans une ambiance festive, sous les applaudissements et en musique.

photo RHONA WISE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Leila MACOR
Agence France-Presse
SANTA CLARA et FORT LAUDERDALE

Le premier vol commercial régulier entre les États-Unis et Cuba depuis plus de 50 ans a atterri mercredi dans la grande île caribéenne, ouvrant une nouvelle page dans les relations entre les deux anciens ennemis de la Guerre froide.

Le vol 387 de JetBlue Airways, parti de l'aéroport de Fort Lauderdale en Floride est arrivé à 10 h 57 à Santa Clara, dans le centre de l'île cubaine.

L'avion a décollé vers 10 h 05 locales de l'aéroport de Fort Lauderdale à destination de Santa Clara, où il devait atterrir moins d'une heure plus tard.

L'embarquement de ces premiers passagers d'un vol commercial régulier entre les deux pays en cinq décennies s'est fait dans une ambiance festive, sous les applaudissements et en musique, un groupe de salsa chantant des classiques de la musique cubaine comme Guantanamera pour les accompagner, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le vol de JetBlue fait partie des 110 vols quotidiens prévus par l'accord conclu en février entre Washington et La Havane, après le réchauffement de leurs relations.

Ce premier vol opéré mercredi fait partie « des grands moments de l'Histoire », s'est réjoui Mark Wales, directeur de l'aéroport de Floride, comparant l'événement à la chute du mur de Berlin ou aux premiers pas de l'homme sur la Lune.

« Ceci est un petit avion pour les passagers, mais un énorme progrès pour la reconnexion de l'humanité », a-t-il confié à l'AFP.

Cela ouvre une « nouvelle ère » pour les voyageurs cubains et les déplacements vers l'île communiste en général, s'est de son côté enthousiasmé le vice-président de JetBlue Airways, Marty St. George, à l'évocation du départ mercredi du vol 387 de sa compagnie.

« Il s'agit d'une étape importante dans les relations entre les deux pays », a également déclaré à l'AFP Jorge Duany, directeur de l'institut de recherche cubaine à l'Université internationale de Floride.

Les États-Unis et Cuba ont conclu en février un accord pour la reprise des vols commerciaux réguliers suspendus depuis 1961. Sur les 110 prévus par l'accord, quelque 90 vols sont déjà autorisés par La Havane et Washington à destination de neuf aéroports cubains.

Seule une vingtaine de vols nolisés, autorisés depuis le milieu des années 1970, opéraient jusque là quotidiennement sous certaines conditions.

Depuis l'annonce-choc de leur rapprochement fin 2014, les deux pays ont concrétisé plusieurs avancées, notamment diplomatiques.

Les États-Unis ont retiré Cuba de leur liste des pays soutenant le terrorisme, ouvrant la voie à la reprise officielle des relations entre les ex-ennemis, le 20 juillet 2015. Depuis, La Havane et Washington ont notamment rétabli un service postal direct, et les hôteliers et croisiéristes américains ont commencé à revenir à Cuba.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer