Le président mexicain a partiellement plagié sa thèse

Le président mexicain Enrique Pena Nieto... (Photo Susan Walsh, AP)

Agrandir

Le président mexicain Enrique Pena Nieto

Photo Susan Walsh, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

L'université panaméricaine de Mexico a confirmé lundi que la thèse de droit du président mexicain Enrique Peña Nieto, soutenue il y a 25 ans, contenait plusieurs plagiats.

Dans ce travail universitaire, il existe «cinq formes d'utilisation d'idées d'autrui», parmi lesquelles des «reproductions textuelles sans citation de bas de page ni dans la bibliographie» indique l'université dans un communiqué.

Cette institution privée catholique, dépendant de l'Opus Dei, a analysé la thèse d'Enrique Peña Nieto après les révélations du site d'investigation Aristegui Noticias selon lequel la thèse du président contenait 28% de textes plagiés ou mal cités.

L'examen de ce document a permis de repérer des «reproductions textuelles dans lesquelles l'auteur est cité de façon ambiguë ou imprécise», confirme le communiqué.

Elle indique toutefois être «devant un acte consommé sur lequel il est impossible d'intervenir» tout en ajoutant que le règlement général «n'est pas applicable aux anciens élèves».

Devant ce cas «sans précédent», elle a cependant décidé de consulter l'Université autonome de Mexico (UNAM), la plus grande université du pays, sur la démarche à suivre.

Parmi les auteurs plagiés, l'historien mexicain Enrique Krauze a indiqué dans un article avoir remarqué une dizaine de lignes provenant d'un de ses ouvrages citées «littéralement sans en indiquer la provenance», même s'il est mentionné dans la bibliographie annexe.

Selon lui, «la pratique d'utiliser les idées des autres sans les citer a été très répandue au Mexique», attitude qu'il attribue aux directeurs de thèses ainsi «qu'aux autorités académiques qui prenaient ces textes pour de simples formalités».

La polémique a surgi au Mexique alors que la popularité de Peña Nieto, après quatre ans au pouvoir est au plus bas, avec seulement 23% d'opinions positives, selon une enquête récente publiée par le quotidien Reforma.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer