Glissements de terrain au Mexique: au moins 40 morts

Au moins 40 personnes ont trouvé la mort dans les États mexicains de Puebla... (PHOTO AFP)

Agrandir

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
German Campos
Agence France-Presse
Puebla

Au moins 40 personnes ont trouvé la mort dans les États mexicains de Puebla (centre) et Veracruz (est) dans des glissements de terrain causés par la tempête tropicale Earl, avant le passage dans les prochaines heures d'une nouvelle tempête sur la façade pacifique du Mexique.

Selon le gouvernement de l'État de Puebla, 29 personnes sont mortes lorsque leurs maisons ont été ensevelies par les glissements de terrain. Dans l'État de Veracruz, onze personnes sont décédées dans des circonstances semblables.

Les pluies qui ont accompagné Earl ont été diluviennes. En témoignent les précipitations tombées dans la municipalité de Huauchinango, à 200 km de Mexico. En 24 heures, elles ont quasiment égalé «la totalité du volume de précipitations de tout un mois», causant notamment l'effondrement d'une colline dans la localité de Xaltepec qui a tué 11 personnes, ont expliqué les autorités de Puebla.

Dans la ville de Huauchinango proprement dite, les glissements de terrain ont fait 13 morts et un autre habitant a péri alors qu'il se trouvait sur une route. La municipalité de Tlaola déplore quant à elle le décès de trois de ses habitants, ensevelis dans leurs maisons.

Lors d'une conférence de presse organisée pendant la nuit, Diodoro Carrasco, un haut responsable du gouvernement local a avancé un bilan de 29 morts. Selon lui, 500 familles ont été transférées vers des abris.

De son côté, le gouverneur de l'Etat Rafael Moreno Valle s'est rendu à Huauchinango pour coordonner les secours et il n'a pas exclu que le bilan s'alourdisse dans les prochaines heures.

«Des équipes cynophiles (...) sont à la recherche de personnes disparues», a-t-il annoncé au cours de la même conférence de presse. Il n'a toutefois pas indiqué combien de personnes manquaient à l'appel.

Les torrents de boue ont coupé les routes, provoqué l'effondrement de deux ponts et engendré des coupures de courant, selon le gouvernement local.

Plus à l'est, dans l'État de Veracruz, onze personnes ont péri «en raison des glissements de terrain» survenus dans les zones montagneuses, a indiqué le gouverneur Javier Duarte.

La tempête Javier en approche

Earl, qui avait été classé ouragan de catégorie 1 mercredi après-midi sur une échelle de 5, a perdu de sa vigueur après avoir atteint les côtes de Belize.

Il est entré au Mexique par l'État de Tabasco (sud) jeudi soir, alors qu'il avait été rétrogradé en tempête tropicale par le Centre américain de surveillance des ouragans (NHC).

Mais dimanche s'est formée dans le Pacifique une nouvelle tempête tropicale, Javier, qui se trouvait dans la nuit à environ 340 km au sud-est de Cabo San Lucas, une station balnéaire située sur la pointe sud de la péninsule de Basse-Californie.

Accompagné de vents soufflant jusqu'à 85 km/h, Javier se déplaçait à 20 km/h en direction du nord-ouest, selon le centre américain de prévisions des ouragans basé à Miami (NHC). À mesure qu'il se déplacera en direction de la Basse-Californie, Javier devrait se renforcer pour «se transformer en ouragan lundi soir», d'après le NHC.

En septembre 2014, la zone touristique de Los Cabos, où se trouve Cabo San Lucas, avait été durement éprouvée par le passage de l'ouragan Odile qui avait fait 6 morts.

Les autorités ont mis en garde contre des tempêtes et des pluies torrentielles dans les États de Jalisco, Colima, Nayarit, Michoacán et Basse-Californie du Sud.

Les services météorologiques ont lancé des mises en garde contre le risque de débordement de cours d'eau et les dangers de la navigation en mer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer