Quatre personnes tuées dans une manifestation d'enseignants au Mexique

Lors des affrontements de dimanche, un journaliste de... (PHOTO AFP)

Agrandir

Lors des affrontements de dimanche, un journaliste de l'Associated Press a vu des policiers antiémeute ouvrir le feu sur des manifestants dans la municipalité de Nochixtlan, dans l'État d'Oaxaca, dans une tentative de disperser la foule.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sayra Cruz
Associated Press
OAXACA, Mexique

Quatre personnes ont perdu la vie dans de violents affrontements entre la police et des militants d'un syndicat d'enseignants qui bloquaient des routes et incendiaient des véhicules dans le sud du Mexique, ont annoncé les autorités et des responsables du syndicat, dimanche.

Le syndicat radical, connu sous le nom de CNTE, s'oppose aux évaluations obligatoires des enseignants comme le prévoit la réforme de l'éducation menée par le gouvernement, et proteste également contre l'arrestation de certains dirigeants du syndicat pour blanchiment d'argent, entre autres.

Lors des affrontements de dimanche, un journaliste de l'Associated Press a vu des policiers antiémeute ouvrir le feu sur des manifestants dans la municipalité de Nochixtlan, dans l'État d'Oaxaca, dans une tentative de disperser la foule.

Selon Isabel Garcia, membre de la commission politique du CNTE, trois personnes qui appuyaient les manifestants ont été tuées. Elle n'a pas donné de détails.

Un responsable de l'administration de l'État, qui a réclamé l'anonymat parce qu'il n'était pas autorisé à s'adresser aux médias, a indiqué qu'un policier avait perdu la vie.

Dans un communiqué, la police fédérale a déclaré que la manifestation avait été particulièrement violente à Nochixtlan, au nord de la ville d'Oaxaca, où les protestataires ont même pris un policier en otage. À San Pablo Huitzo, également au nord d'Oaxaca, les affrontements ont duré plusieurs heures. Des échauffourées ont continué durant la soirée dans la ville d'Oaxaca, où des manifestants ont incendié des installations de la police fédérale.

Samedi soir, la police avait délogé des manifestants qui bloquaient une importante autoroute sur l'isthme de Tehuantepec.

Au cours de la dernière semaine, des enseignants ont paralysé des rues, un centre commercial et des voies ferrées dans l'État de Michoacan. Ils ont aussi forcé des autocars à annuler des trajets vers Oaxaca, une région prisée des touristes. Et dans la ville d'Oaxaca, des manifestants ont installé un campement sur la place centrale de la localité.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer