Des touristes séquestrés en plein centre de Bogota

Le week-end dernier, la policea mené une vaste... (PHOTO AFP)

Agrandir

Le week-end dernier, la policea mené une vaste opération visant à démanteler les gangs qui contrôlent le quartier chaud surnommé le «Bronx».

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Bogota

Des étrangers étaient séquestrés et victimes d'extorsions de fonds par des gangs contrôlant un quartier du centre de Bogota, haut lieu du trafic de drogue en Colombie, ont annoncé mercredi les autorités engagées depuis le week-end dernier dans des opérations contre le crime organisé.

Des touristes, en particulier européens, s'aventuraient dans ce quartier en quête de stupéfiants ou pour participer à des soirées et «lorsqu'elles se retrouvaient à court d'argent, ces personnes étaient retenues contre leur volonté», a précisé le commandant de la police métropolitaine de Bogota, Hoover Penilla, dans un entretien avec Blu Radio.

Ces étrangers se voyaient alors contraints de donner «les numéros de téléphone de leurs familles en Europe (...) auxquelles il était demandé de verser 10 000 à 20 000 dollars ou euros sur des comptes bancaires afin que leurs proches soient relâchés», a-t-il ajouté sans préciser la nationalité des victimes.

L'hebdomadaire Semana a pour sa part diffusé mercredi sur son site web une vidéo dans laquelle on peut voir un Néerlandais fuyant ses kidnappeurs présumés dans un bâtiment de ce quartier baptisé le «Bronx» et situé à quelques centaines de mètres de la Casa de Nariño, le siège de la présidence.

Ces images, tournées début novembre 2015 selon la police, montrent les forces de l'ordre récupérant ce touriste, «entré dans ce lieu de son plein gré», mais «retenu contre sa volonté» après avoir dépensé son argent en achat de drogue et dans les machines à sous, a précisé M. Penilla.

Le week-end dernier, la police et le parquet ont engagé une vaste opération visant à démanteler les gangs qui contrôlent le «Bronx», dont une «grande organisation» de trafiquants de drogue, à proximité du palais présidentiel, mais aussi de bureaux de l'armée et de la police.

Les enquêteurs ont en outre découvert des maisons de torture et de mises à mort, ainsi que plus de 200 mineurs victimes d'exploitation sexuelle et quelque 1500 sans-abri réduits en esclavage, qui ont été transférés dans des foyers d'accueil. Des armes, d'importantes quantités de drogue et environ 900 machines à sous ont de plus été saisies.

Dans ce quartier, dominé par les gangs depuis le début des années 2000, le trafic de drogue et d'armes générait près d'un million et demi de dollars par mois, selon les autorités.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer