Présidentielle péruvienne: Keiko Fujimori désormais favorite

D'après cette enquête, réalisée par l'institut CPI et... (PHOTO GUADALUPE PARDO, REUTERS)

Agrandir

D'après cette enquête, réalisée par l'institut CPI et diffusée par le quotidien Exitosa, la fille de l'ancien président du Pérou Alberto Fujimori obtiendrait 46 % des suffrages contre 38,9 % pour son adversaire Pedro Pablo Kuczynski.

PHOTO GUADALUPE PARDO, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LIMA

Keiko Fujimori, la fille de l'ancien président du Pérou Alberto Fujimori, jusqu'ici au coude-à-coude avec son rival pour le second tour de l'élection présidentielle du 5 juin, se détache désormais nettement de Pedro Pablo Kuczynski, selon un sondage publié jeudi.

D'après cette enquête, réalisée par l'institut CPI et diffusée par le quotidien Exitosa, la candidate du parti Fuerza popular obtiendrait 46 % des suffrages contre 38,9 % pour celui de Peruanos por el Kambio, dont les initiales PPK se confondent avec celles de M. Kuczynski.

Le sondage, un des derniers de la campagne, a été réalisé du 23 au 24 mai auprès de 1882 personnes, avec une marge d'erreur de 2,3 points de pourcentage.

Début mai, une enquête de l'institut Gfk donnait M. Kuczynski (centre droit), ancien banquier de Wall Street âgé de 77 ans, quasi à égalité avec Mme Fujimori (droite), 40 ans, avec 50,1 % des intentions de vote, contre 49,9 %, respectivement.

Ce nouveau sondage intervient après le débat de dimanche entre les deux candidats où, selon les analystes, Keiko Fujimori a fait preuve de plus d'audace tandis que son adversaire a préféré se concentrer sur ses propositions.

Un dernier débat est prévu dimanche 29 mai.

Le père de Mme Fujimori, qui a dirigé le Pérou de 1990 à 2000, est actuellement emprisonné pour corruption et crimes contre l'humanité.

Le pays reste divisé sur son héritage. Une partie de la population le salue comme étant l'homme qui a combattu avec succès la guérilla maoïste du Sentier lumineux et dopé l'économie, mais d'autres se souviennent des méthodes autoritaires de celui qui a commandité deux massacres perpétrés par un escadron de la mort en 1991-1992, dans le cadre de la lutte contre cette organisation.

Au premier tour de la présidentielle, le 10 avril, Keiko Fujimori avait remporté une large victoire, avec 39 % des voix contre seulement 21 % pour M. Kuczynski, les autres suffrages s'étant répartis entre sept autres candidats.

En outre, Fuerza popular, le parti de «Keiko», comme elle est appelée communément, a remporté la majorité absolue au Congrès (73 parlementaires sur 130) tandis que PKK en a obtenu 18, lors des législatives qui se sont tenues ce même jour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer