Une ministre argentine candidate à la succession de Ban Ki-moon à l'ONU

La ministre argentine des Affaires étrangères Susana Malcorra... (Photo Kim Kyung-Hoon, Reuters)

Agrandir

La ministre argentine des Affaires étrangères Susana Malcorra

Photo Kim Kyung-Hoon, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La ministre argentine des Affaires étrangères Susana Malcorra, qui fut chef de cabinet du secrétaire général des Nations unies, est candidate à la succession de Ban Ki-moon, a annoncé vendredi le président argentin.

En cas d'élection, ce serait la première femme à assumer la plus haute responsabilité au sein de l'organisation, créée en 1945.

Mme Malcorra, 61 ans, est ingénieure en électronique de formation. Elle a travaillé en Argentine pour IBM de 1979 à 1993, avant de poursuivre sa carrière chez Telecom Argentina, la compagnie nationale de téléphonie, jusqu'à 2002.

Aux Nations unies, Mme Malcorra a d'abord été affectée à Rome de 2004 à 2008, comme directrice générale adjointe pour l'administration du Programme alimentaire mondial (Pam).

Elle a ensuite dirigé depuis New York le département d'appui logistique aux opérations de maintien de la paix de l'ONU. En 2012, elle intègre le premier cercle du secrétaire général, dont elle ferta partie jusqu'en 2015.

Un poste convoité

Une légion de candidats convoitent le poste de Ban Ki-moon. Parmi lesquels, l'ex-première ministre de Nouvelle-Zélande Helen Clark ou l'ancien Haut commissaire de l'ONU aux réfugiés (HCR), le Portugais Antonio Guterres.

Les Balkans sont représentés en force : la directrice générale de l'UNESCO, la Bulgare Irina Bokova, l'ex-président slovène Danilo Türk, et divers chefs de la diplomatie de pays des Balkans, anciens ou en poste, Igor Luksic (Monténégro), Vuk Jeremic (Serbie), Vesna Pusic (Croatie), Natalia Gherman (Moldavie), Srgjan Kerim (Macédoine).

À partir de juillet, les membres du Conseil de sécurité de l'ONU feront leur sélection à bulletins secrets, avant de soumettre un nom à l'Assemblée générale qui entérinera le choix en septembre.

La tradition voudrait que le prochain diplomate en chef vienne d'Europe de l'Est, seule zone géographique à ne pas avoir encore été représentée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer