Colombie: 87,5 tonnes de cocaïne saisies depuis début 2016, un record

Un policier colombien place des paquets de cocaïne... (PHOTO LUIS ROBAYO, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Un policier colombien place des paquets de cocaïne par terre pour être montrés à la presse, à Cali, en mai 2013.

PHOTO LUIS ROBAYO, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BOGOTA

La Colombie a saisi 87,5 tonnes de cocaïne depuis début 2016, un «chiffre record» souligné mardi par le président Juan Manuel Santos, qui a en outre fait état de l'arrestation, mort ou reddition de plus d'un millier de membres présumés de gangs criminels cette année.

Les autorités ont saisi «un total de 87,5 tonnes, c'est un chiffre record (...) en 40 ans de lutte contre le trafic de drogue, nous n'avons jamais saisi autant de cocaïne sur une période équivalente de l'année», a déclaré M. Santos en communiquant un bilan des opérations spéciales des forces de l'ordre contre le crime organisé.

Le président colombien a ajouté que, sur la même période, 1102 membres présumés de bandes criminelles ou BaCrim ont été «abattus, capturés ou se sont rendus».

M. Santos a rappelé que, dans le cadre du renforcement de la lutte contre les BaCrim, les forces de l'ordre visent en particulier les deux principales sources de financement de ces gangs que sont le trafic de drogues et l'activité minière clandestine, contre laquelle 312 opérations ont été réalisées depuis janvier.

Ces derniers mois, les autorités ont lancé une importante offensive contre les BaCrim. Ces gangs représentent, selon les experts, un risque majeur dans un scénario de post-conflit, si le gouvernement parvient à signer des accords de paix avec les guérillas d'extrême gauche des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et de l'Armée de libération nationale (ELN) pour mettre fin à plus d'un demi-siècle de conflit armé.

Le Clan Usuga, gang le plus redouté du pays, issu de la démobilisation des milices paramilitaires d'extrême droite entre 2003 et 2006 sous la présidence d'Alvaro Uribe, est considéré comme le principal responsable de l'exportation de tonnes de cocaïne vers l'Amérique centrale et les États-Unis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer