Haïti: les intempéries font 22 morts et un disparu

Chaque année, de juin à novembre, Haïti est... (PHOTO HECTOR RETAMAL, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Chaque année, de juin à novembre, Haïti est touchée par des cyclones, mais, à cause de l'absence totale de planification urbaine dans le pays, les fortes averses enregistrées lors de la première saison des pluies, d'avril à juin, suffisent à menacer la vie des citoyens les plus défavorisés.

PHOTO HECTOR RETAMAL, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PORT-AU-PRINCE

Vingt-et-une personnes ont été tuées dans le naufrage de leur embarcation dans la nuit de samedi à dimanche et un homme a été emporté par les eaux d'une rivière samedi alors que de fortes intempéries se sont abattues sur Haïti.

Eric Prévost, le directeur du service maritime et de navigation d'Haïti, a annoncé lundi matin que les corps de 21 passagers d'un bateau ont été retrouvés sur les côtes du département de l'Artibonite.

Le petit voilier, en provenance de la ville de Bombardopolis, a fait naufrage avant d'arriver aux Gonaïves, en raison des très mauvaises conditions de navigation.

Les équipes de la protection civile ont pu secourir plusieurs passagers blessés, mais les autorités ignorent le nombre de personnes qui se trouvaient à bord de l'embarcation informelle au moment du drame.

Le ministère de l'Intérieur a confirmé également le décès d'un jeune homme dans le département du centre. Emporté par les eaux d'une rivière, son corps a été retrouvé en aval par la protection civile et des membres de sa famille.

Dans ce même département, une femme est toujours portée disparue: elle tentait, elle aussi, de traverser un cours d'eau en crue.

Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur l'ensemble du pays durant le week-end ont paralysé la circulation sur les hauteurs de l'aire métropolitaine de Port-au-Prince.

Face aux dangers d'inondations et de glissements de terrain, les autorités réitèrent les consignes de sécurité à la population.

«Il ne faut pas tenter de traverser à pied ou en moto une rivière ou une rue envahie par les eaux», rappelle Guillaum-Albert Méléon, responsable communication au ministère de l'Intérieur.

«Avec le problème des égouts à ciel ouvert, les ordures et alluvions charriées par les eaux, vous pouvez vous blesser grièvement», indique le fonctionnaire.

Le cruel manque d'infrastructures permettant l'évacuation des eaux de pluie entraîne régulièrement d'importants dégâts matériels dans la capitale haïtienne.

L'inexistence d'un système efficace de ramassage des ordures aggrave également la vulnérabilité des familles les plus pauvres qui construisent, sans permis, des habitations précaires à proximité de ravines obstruées d'ordures.

Chaque année, de juin à novembre, Haïti est touchée par des cyclones, mais, à cause de l'absence totale de planification urbaine dans le pays, les fortes averses enregistrées lors de la première saison des pluies, d'avril à juin, suffisent à menacer la vie des citoyens les plus défavorisés.

Six personnes sont mortes à Port-au-Prince durant le week-end du 23 et 24 avril suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur l'aire métropolitaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer