Un navire de croisière américain met le cap sur Cuba

Le navire Adonia a prévu des activités culturelles dans plusieurs... (PHOTO AP/FOURNIE PAR CARNIVAL)

Agrandir

Le navire Adonia a prévu des activités culturelles dans plusieurs ports: La Havane lundi, Cienfuegos jeudi, et Santiago de Cuba vendredi, avec des rencontres avec des artistes, des musiciens, des cours de danse et des visites guidées.

PHOTO AP/FOURNIE PAR CARNIVAL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Diego URDANETA
Agence France-Presse
MIAMI

Un navire de croisière a quitté dimanche les États-Unis et a mis le cap sur Cuba, une première en un demi-siècle favorisée par le dégel diplomatique entre Washington et La Havane.

Avec quelque 700 passagers à son bord, le paquebot Adonia de Fathom, filiale du groupe américain Carnival, a levé l'ancre à 16h00 du port de Miami en Floride, bastion de la diaspora cubaine aux États-Unis. Mais il n'arrivera que lundi à La Havane, première étape de sa croisière d'une semaine sur l'île communiste.

La compagnie Fathom a prévu d'organiser deux croisières similaires par mois, avec l'objectif de promouvoir les échanges culturels entre les deux pays, suite au rapprochement entre les anciens ennemis de la Guerre froide, amorcé en décembre 2014.

«Entrer dans l'histoire et préparer un meilleur avenir pour tous est l'un des plus grands honneurs qu'une entreprise puisse avoir», a déclaré le président de Carnival, Arnold Donald, sur le port de Miami, où les passagers d'Adonia sont montés à bord accueillis par un orchestre de musique cubaine.

«Mon père voulait aller (à Cuba), mais il est mort, alors je suis venue en son nom. J'ai donc un sentiment partagé mais je suis avant tout heureuse», a déclaré Isabel Buznego, née à Cuba il y a 61 ans, qui va revenir avec son mari sur l'île pour la première fois en plus d'un demi-siècle.

Une Américaine de 58 ans, Regina Patterson, employée d'une université, reconnaît qu'il s'agit d'un «voyage historique». Mais c'est aussi «un endroit où je voulais me rendre depuis toujours. Je veux voir comment ils vivent, leur musique, leur nourriture, et faire des achats». 

Ecueils administratifs 

La compagnie de croisière a dû cependant surmonter plusieurs écueils administratifs jusqu'à la levée, la semaine dernière, par le gouvernement de Raul Castro, des ultimes restrictions sur les voyages par voie maritime des Cubains, vers ou à partir des États-Unis.

Dans un premier temps, compte tenu des limites imposées par le contexte de la Guerre froide lorsque le régime cubain craignait le débarquement d'anti-Castro, Carnival avait refusé les réservations des Cubano-américains. Cela avait provoqué une polémique.

Face aux critiques des anti-castristes et de l'administration du président américain Barack Obama, Carnival, premier groupe mondial de croisières, est finalement revenu sur sa décision et a accepté les réservations de personnes nées à Cuba. Avant d'obtenir par la suite la levée de restrictions par le régime communiste.

D'intenses négociations ont porté leurs fruits dans le cadre du processus de normalisation américano-cubain qui a culminé en mars avec la visite historique du président Obama à Cuba.

Les Cubains pourront désormais embarquer et débarquer sur l'île en tant que passagers ou membres d'équipage de bateaux de marchandises ou de croisière.

Selon Carnival, les Cubains qui ont émigré aux États-Unis avant 1971 auront besoin d'un visa spécial mais ceux qui ont quitté l'île après cette date pourront voyager avec un passeport cubain, comme les passagers aériens.

Le navire Adonia a prévu des activités culturelles dans plusieurs ports: La Havane lundi, Cienfuegos jeudi, et Santiago de Cuba vendredi, avec des rencontres avec des artistes, des musiciens, des cours de danse et des visites guidées.

Les Américains peuvent ainsi voyager sur l'île en dépit de l'embargo économique américain imposé à l'île depuis 1962, qui leur impose toujours de répondre aux critères des 12 catégories de voyages autorisés (religieux, universitaires, sportifs ou culturels notamment).

Carnival est la première entreprise à être autorisée, à la fois par les États-Unis et par Cuba, à naviguer entre les deux pays, une première depuis l'interdiction de ces voyages après la révolution cubaine en 1959.

Il en coûtera pour chaque passager 1800 dollars pour une cabine sur le bateau et jusqu'à 7000 pour une suite.

Outre les croisières et les liaisons par ferry, qui n'ont pas encore repris, une centaine de vols réguliers entre les deux pays doivent recommencer cette année après 53 ans de gel.

Ces voyages profiteront d'abord aux deux millions de Cubains réfugiés aux États-Unis tandis qu'à Cuba, la majorité des habitants espèrent que l'arrivée de ces nouveaux touristes dopera l'économie de l'île - et leurs maigres revenus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer