Brésil: 11 morts dans les travaux des JO depuis 2013

Certains chantiers des JO-2016 ont pris du retard,... (PHOTO AFP)

Agrandir

Certains chantiers des JO-2016 ont pris du retard, et l'Inspection du travail exprime ses inquiétudes sur le fait qu'une accélération du rythme des travaux provoque de nouvelles victimes.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Rio de Janeiro

«Une équipe de soccer en morts»: l'Inspection du travail locale a lancé un cri d'alarme en annonçant que onze ouvriers étaient décédés dans les travaux autour des JO de Rio, plus que sur les chantiers du Mondial-2014 de soccer dans tout le Brésil.

«C'est un nombre effrayant. Il y a eu 11 morts autour des travaux olympiques depuis 2013», entre les installations pour les Jeux et les structures urbaines appelées à rester par la suite, comme des routes ou des musées, a déclaré lundi auprès de l'AFP Robson Leite, responsable de l'Inspection du travail de l'État régional de Rio.

Cette macabre comptabilité est consignée dans un rapport diffusé ce lundi par l'Inspection du travail, qui espère «attirer l'attention pour sensibiliser les autorités sur la sécurité au travail et éviter de nouveaux accidents», a-t-il expliqué.

«C'est l'équivalent d'une équipe de soccer en morts. Tout vient du manque de planification, sans doute. Et de la course contre la montre au moment de finir», a dit Elaine Castilho, responsable de l'audit sur les travaux olympiques et qui a présenté le rapport dans le cadre de la Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail, prévue jeudi.

Certains chantiers des JO-2016 (5-21 août) ont pris du retard, comme le vélodrome, et l'Inspection du travail exprime ses inquiétudes sur le fait qu'une accélération du rythme des travaux provoque de nouvelles victimes.

La nouvelle ligne du métro, qui doit relier le quartier touristique d'Ipanema (zone sud) à celui de Barra da Tijuca (zone ouest), qui sera le centre névralgique des Jeux, doit être inaugurée en juillet, à un mois de la cérémonie d'ouverture, selon les autorités, soulevant le scepticisme général.

Suspensions des chantiers

Et sur ce seul chantier, trois ouvriers ont perdu la vie: l'un a eu le crâne écrasé par un camion, un autre a chuté d'un escalier et un troisième a été fouetté par un tuyau contenant de l'air comprimé.

Les autres décès ont été constatés sur les chantiers suivants: Parc olympique (2 morts), Musée du Lendemain (1), route Elevado do Joa (1), route Transolympique (1), route Transbrasil (1), train de banlieue Supervia (1), Musée de l'Image et du Son à Copacabana (1).

Il y a eu en outre deux blessés graves, avec un ouvrier hospitalisé après une électrocution et un autre amputé d'une jambe, a ajouté Mme Castilho.

«Il ne faut pas que les ouvriers fassent des journées exténuantes. Nous suspendrons les chantiers» si l'Inspection du travail le relève, a également prévenu M. Leite.

Il a précisé avoir déjà obtenu la suspension de certains travaux, comme sur le chantier du vélodrome olympique après y avoir constaté «une série de problèmes» liés par exemple aux ceintures de sécurité ou à l'équipement électrique.

«Il y avait eu 8 morts lors des travaux du Mondial-2014 de football mais dans tout le Brésil (12 villes hôtes NDLR), et à Rio seulement nous avons eu 11 morts», a regretté M. Leite. Il a également souligné qu'aucun mort n'avait été déploré lors des travaux sur les JO-2012 de Londres.

Sollicités par l'AFP, ni la mairie de Rio ni le comité d'organisation des Jeux Rio2016 n'ont répondu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer