Chili : trois millions de personnes privées d'eau potable à Santiago

Les supermarchés de Santiago ont été pris d'assaut... (PHOTO VLADIMIR RODAS, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Les supermarchés de Santiago ont été pris d'assaut par des milliers de personnes venues acheter des bouteilles d'eau, laissant vides les étalages.

PHOTO VLADIMIR RODAS, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SANTIAGO DU CHILI

Près de trois millions de personnes étaient privées d'eau potable samedi pour au moins 24 heures à Santiago du Chili, en raison de fortes pluies qui ont sali le fleuve abreuvant la capitale, ont annoncé les autorités.

« Des pluies importantes ont sali le fleuve Maipo, entraînant cette coupure d'eau potable pour la population qui concerne près de trois millions de personnes », a déclaré à la presse le gouverneur de Santiago Claudio Orrego.

En conséquence, les autorités de Santiago ont mis en oeuvre un plan d'urgence prévoyant l'activation de 45 réserves d'accumulation d'eau et la mobilisation de plus de 60 camions-citernes pour distribuer l'eau à la population.

Un appel a été lancé à la population pour limiter la consommation d'eau. « Ils ont prévenu au dernier moment », a déploré Patricia Varas, une habitante. « Nous avons été un peu pris par surprise, personne n'était préparé, donc les supermarchés ont été envahis », a déclaré à l'AFP Marcela Briceno, une autre habitante de la capitale.

Sur les réseaux sociaux, des internautes diffusaient des images de supermarchés pris d'assaut par des milliers de personnes venues acheter des bouteilles d'eau, laissant vides les étalages.

Glissements de terre et de pierre

Les fortes pluies qui tombent depuis vendredi sur la zone précordillère ont provoqué des glissements de terre et de pierres qui ont souillé le fleuve Maipo et l'un de ses affluents, la rivière Mapocho. L'entreprise Aguas Andinas, chargée de l'approvisionnement en eau de la capitale, a donc décidé de couper l'eau dans 27 des 52 communes de Santiago pour au moins 24 heures.

« La turbidité de l'eau nous a conduits à réduire notre production à 35 % des besoins, entraînant la coupure », a expliqué Eugenio Rodríguez, gérant d'Aguas Andinas.

Face à « la gravité » de la situation, l'alerte rouge a été déclenchée dans la région métropolitaine de Santiago, ce qui permet la mobilisation rapide de moyens, a indiqué le Bureau national des urgences (Onemi).

Selon l'agence météorologique chilienne, des précipitations « modérées à fortes » vont se poursuivre jusqu'à dimanche, lorsqu'elles s'affaibliront à Santiago. Les autorités n'ont pas signalé de victime ni de coupures d'électricité dans la capitale, où les pluies tombaient avec moins de force que dans la zone précordillère du centre du Chili.

Dans la région d'O'Higgins, à 90 km au sud de Santiago, 200 habitants de zones rurales ont été menacés par la crue du fleuve Tinguiririca. Une centaine d'habitations ont été endommagées et une personne est portée disparue.

L'alerte rouge a également été déclenchée pour quatre communes de cette région.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer