Trois morts des suites du virus Zika au Venezuela

Trois personnes sont mortes au Venezuela de complications associées au virus... (Associated Press, LM Otero)

Agrandir

Associated Press, LM Otero

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
CARACAS

Trois personnes sont mortes au Venezuela de complications associées au virus Zika, a annoncé jeudi soir le président vénézuélien Nicolas Maduro.

«Au niveau national, il y a 319 cas confirmés, dont 68 connaissent des complications, et trois personnes sont décédées», a indiqué M. Maduro dans une déclaration à la télévision d'Etat.

On a enregistré 5221 cas possibles de Zika au Venezuela «entre le 5 novembre, date à laquelle la présence de ce virus a été détectée au niveau mondial, et le 8 février», a ajouté le président Maduro.

Les 68 patients qui présentent des complications «ont été placés en soins intensifs», a-t-il dit.

M. Maduro a assuré que le Venezuela disposait des médicaments nécessaires pour traiter les symptômes. Il a remercié «l'Inde, Cuba, la Chine, l'Iran et le Brésil» d'avoir fourni «tout le soutien nécessaire pour que les médicaments contre le Zika et bien plus se trouvent aujourd'hui au Venezuela».

Pas de mesures de dépistage aux frontières américaines

L'administration américaine ne mettra pas en place de mesures de dépistage du virus Zika chez les voyageurs arrivant aux États-Unis, faute de symptômes à pouvoir détecter, a indiqué jeudi le département de la Sécurité intérieure (DHS).

«Sur la base de nos connaissances actuelles sur le virus, des mesures de détection de Zika ne seraient pas efficaces, parce que les gens qui portent le virus n'ont pas de symptômes et donc ne pourraient pas être identifiés» à leur arrivée aux États-Unis, a justifié dans un communiqué le DHS.

En revanche, si un officier d'immigration observe des signes de déclaration de la maladie chez un voyageur, celui-ci pourra être aiguillé vers un des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) américains pour «une nouvelle évaluation médicale», précise le ministère.

Les immigrants clandestins arrêtés par la police des frontières seront détenus séparément des autres s'ils présentent des signes de la maladie, a ajouté le DHS.

Les femmes enceintes détenues pour immigration illégale, originaires de pays où le virus sévit particulièrement, feront l'objet de mesures de détection, de prises de sang et bénéficieront de soins prénatals.

Le Brésil est à ce jour le pays le plus touché au monde par cette épidémie, suivi de la Colombie.

Le virus a toutefois gagné les autres continents de la planète, par le biais de personnes infectées lors de voyages en Amérique latine.

Le Zika provoque dans la plupart des cas des symptômes grippaux bénins (fièvre, maux de tête, courbatures).

Mais il est aussi soupçonné, quand il touche une femme enceinte, d'entraîner une grave malformation congénitale du foetus ou encore la microcéphalie (réduction du périmètre crânien, néfaste au développement intellectuel).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer