Rupture d'un barrage minier au Brésil: les 17 morts considérés comme des homicides

La rupture du barrage a été considérée comme... (PHOTO FRED LOUREIRO, AFP/GOUVERNEMENT D'Espirito Santo)

Agrandir

La rupture du barrage a été considérée comme «la plus grande catastrophe environnementale de l'histoire du Brésil» par la ministre de l'Environnement, Izabella Teixera.

PHOTO FRED LOUREIRO, AFP/GOUVERNEMENT D'Espirito Santo

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
RIO DE JANEIRO

Les 17 morts et deux disparus lors de la rupture du barrage minier qui a cédé en novembre dans le sud-est du Brésil doivent être considérés comme «victimes d'homicides» dont la responsabilité revient aux entreprises propriétaires du barrage, a annoncé la police.

«Aujourd'hui nous pouvons dire que les entreprises et leurs directeurs ont une responsabilité dans les délits commis et, au moment voulu, nous déterminerons la responsabilité criminelle de chacun d'entre eux», a déclaré le commissaire, Rodrigo Bustamante, en charge de l'enquête, cité samedi par le quotidien O Globo.

Samarco est propriétaire du barrage avec ses deux actionnaires à parts égales, les géants miniers brésilien Vale et anglo-australien BHP Billiton.

Le commissaire a souligné que les compagnies pourront être considérées comme responsables des dommages environnementaux et leurs directeurs et autres fonctionnaires accusés d'homicides volontaires ou involontaires.

Jusqu'à présent, 80 personnes ont été entendues dans le cadre de l'enquête ouverte au lendemain de l'accident survenu le 5 novembre.

La police a jusqu'au 15 février pour conclure l'enquête.

La rupture du barrage a été considérée comme «la plus grande catastrophe environnementale de l'histoire du Brésil» par la ministre de l'Environnement, Izabella Teixera.

Ce barrage de déchets de minerais de fer a cédé le près de la ville historique de Mariana, dans l'État de Minas Gerais, libérant une gigantesque coulée de boue qui a totalement submergé le village de Bento Rodrigues.

La coulée s'est ensuite répandue jusqu'à l'océan atlantique sur 650 km à travers le lit du fleuve Rio Doce.

Sur son passage, elle a tué des milliers d'animaux, dévasté des zones de forêt tropicale protégées, et laissé 280 000 personnes sans eau.

Le gouvernement brésilien a déjà réclamé en justice 5,2 milliards de dollars aux compagnies minières responsables.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer