Venezuela: des bombes artisanales explosent près du Parlement

Les engins contenaient des tracts en faveur des... (PHOTO AFP)

Agrandir

Les engins contenaient des tracts en faveur des «Forces bolivariennes de libération» (FBL) qui ont volé en l'air avec l'explosion.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Caracas

Quatre bombes artisanales ont explosé mardi à Caracas, sans faire de blessés ni de dégâts, aux abords du Parlement vénézuélien désormais contrôlé par l'opposition, qui a accusé des secteurs «proches du gouvernement» du président Nicolas Maduro.

Trois engins explosifs ont explosé simultanément à l'extérieur d'un centre commercial et un quatrième à l'angle des bâtiments administratifs de l'Assemblée, a annoncé le parquet dans un communiqué.

Selon des témoins interrogés par l'AFP, les explosions ont provoqué «beaucoup de fumée» et obligé «beaucoup de gens à sortir en courant» des immeubles alentour.

Le chef de la majorité d'opposition au Parlement, Julio Borges, a affirmé que ces bombes avaient été posées par «ceux qui, proches du gouvernement ou avec la complicité de ceux qui sont au pouvoir, veulent créer (...) la panique pour éviter le débat sur les questions importantes».

Les engins contenaient des tracts en faveur des «Forces bolivariennes de libération» (FBL) qui ont volé en l'air avec l'explosion, appelant à «abandonner toute illusion» et «se préparer à l'affrontement» après la victoire historique de l'opposition aux législatives du 6 décembre.

Selon ces tracts, «il est temps de prendre le pouvoir (en s'appuyant sur) les bases de la révolution» car «ce sont les conflits sociaux qui garantissent la continuité du processus de changement du commandant (Hugo) Chavez», l'ancien président décédé en 2013.

«Il n'y a pas de sortie pacifique à la crise et ils le savent», affirment les FBL.

Le Venezuela traverse actuellement une crise institutionnelle, après la victoire de l'opposition aux élections législatives de décembre, une première depuis 1999.

Ce blocage politique, entre gouvernement mené par le socialiste Nicolas Maduro et Parlement dominé par l'opposition, se double d'une crise économique profonde, dans ce pays pétrolier miné par la chute des cours du brut.

Les Vénézuéliens souffrent ainsi de graves pénuries au quotidien et d'une inflation galopante, suscitant un mécontentement populaire qui a profité à l'opposition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer