Mexique: une dizaine de personnes kidnappées en se rendant à un mariage

Le gouverneur de l'État de Guerrero a indiqué qu'«un... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le gouverneur de l'État de Guerrero a indiqué qu'«un important déploiement» policier et militaire avait été mis en place.

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Mexico

Les forces de l'ordre tentaient mardi de localiser entre 10 et 17 personnes enlevées par des hommes armés alors qu'elles se rendaient à un mariage dans l'État de Guerrero, dans le sud du Mexique.

Un fonctionnaire de la sécurité publique a indiqué, sous couvert d'anonymat, que 10 personnes avaient disparu samedi à Arcelia.

Le gouverneur du Guerrero, Hector Astudillo, a de son côté évoqué 17 hommes enlevés samedi en fin d'après-midi par des individus armés qui ont stoppé leurs véhicules.

«Ils ont pris les hommes, laissant les femmes et les enfants», a déclaré le maire d'Arcelia, Adolfo Torales, sur une radio nationale.

Les ravisseurs auraient accusé leurs victimes d'appartenir à un cartel de la drogue connu sous le nom de La Familia Michoacana.

Selon le maire, il s'agit de personnes «totalement innocentes», «des commerçants, des paysans, des gens très pauvres».

Elles se rendaient en convoi à un mariage lorsqu'elles ont été interceptées.

Sur place ont été retrouvés les corps criblés de balles de deux personnes et une quinzaine de voitures abandonnées, dont deux incendiées. Un troisième corps a été découvert à 300 mètres de la route.

Le maire a raconté que les ravisseurs avaient ordonné aux femmes et aux enfants «de partir dans la direction opposée». Ces familles auraient aussitôt alerté la police fédérale qui n'aurait rien fait pour les aider, selon M. Torales.

Le gouverneur de l'État a indiqué qu'«un important déploiement» policier et militaire avait été mis en place.

Des centaines d'habitants d'Arcelia (31 000 habitants) et des membres des familles de victimes ont bloqué mardi l'entrée de la ville pour demander aux autorités de retrouver les disparus, brandissant des pancartes réclamant «justice pour les disparus» et exigeant «le départ de la police fédérale corrompue».

Dans un incident séparé, un commando a kidnappé lundi cinq enseignants d'une école secondaire de la municipalité d'Ajuchitlan del Progreso, a déclaré le gouvernement de l'État. Les enseignants ont été enlevés au sein même de l'école.

L'État de Guerrero connaît depuis plusieurs mois une flambée de violences.

C'est dans cet État, qui possède l'un des taux d'homicides et d'enlèvements les plus élevés du pays, qu'ont disparu 43 étudiants en septembre 2014, vraisemblablement assassinés par un cartel de la drogue.

Les montagnes de cet État situé le long du Pacifique abritent de nombreuses cultures de pavot et d'opium qui alimentent le trafic de drogue international.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer