Présidentielle en Haïti: un candidat crie à la fraude électorale

Des partisans du candidat Moïse Jean-Charles ont protesté,... (Photo HECTOR RETAMAL, AFP)

Agrandir

Des partisans du candidat Moïse Jean-Charles ont protesté, jeudi, devant une maison où ont été trouvé des bulletins de vote brûlés, à Port-au-Prince.

Photo HECTOR RETAMAL, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
David McFadden
Agence France-Presse
PORT-AU-PRINCE, Haïti

L'un des candidats à l'élection présidentielle en Haïti a affirmé, jeudi, que des bulletins de vote marqués en sa faveur avaient été détruits ou jetés, une allégation ayant poussé une poignée de ses partisans à ériger des barricades de pneus enflammés dans quelques quartiers de Port-au-Prince.

Des bulletins brûlés ont été retrouvés à l'intérieur... (Photo HECTOR RETAMAL, AFP) - image 1.0

Agrandir

Des bulletins brûlés ont été retrouvés à l'intérieur d'une maison, à Port-au-Prince, jeudi. 54 candidats se disputent l'élection présidentielle, dont le deuxième tour aura lieu le 27 deécembre.

Photo HECTOR RETAMAL, AFP

L'ancien sénateur Moïse Jean-Charles, qui défend les couleurs du parti Pitit Dessalines, est considéré comme l'un des candidats les plus sérieux parmi les 54 en lice lors du premier tour qui s'est déroulé dimanche. Les deux aspirants présidents ayant récolté le plus de voix s'affronteront à l'occasion du deuxième tour prévu le 27 décembre.

Même si les résultats préliminaires ne seront pas dévoilés avant plusieurs jours, des fidèles de M. Jean-Charles soutiennent avoir découvert, jeudi, des bulletins de vote partiellement brûlés derrière une maison du quartier Delmas 41 dans la capitale haïtienne.

Le principal intéressé a pour sa part assuré que de nombreux bulletins marqués en sa faveur avaient aussi disparu ailleurs dans le pays.

Sans fournir de détails ni de preuves, Moïse Jean-Charles a également révélé en conférence de presse l'existence d'un complot à l'un des centres de compilation des voix à Port-au-Prince visant à empêcher l'enregistrement des votes en sa faveur dans la base de données informatique.

Le centre est gardé par des policiers et des Casques bleus de l'ONU, et le personnel est surveillé par plusieurs observateurs internationaux.

En dépit du fait que la Commission électorale provisoire est la seule à pouvoir légalement annoncer des résultats, M. Jean-Charles a divulgué ses propres prévisions pour le scrutin de dimanche après avoir passé en revue 85% des bulletins de vote.

Il a indiqué, jeudi, qu'il était arrivé en tête dans la moitié des 10 départements haïtiens et a accusé les candidats appuyés par le gouvernement d'essayer de « voler l'élection ».

Gregory Mayard-Paul, un porte-parole du parti Tet Kale du président sortant Michel Martelly, a qualifié les allégations de l'ex-sénateur de « pures inventions ».

Moïse Jean-Charles a juré qu'il se battrait pour obtenir une place au second tour, disant que cela se serait produit automatiquement si le vote n'avait pas entaché par de la fraude électorale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer