Patricia dégradée en tempête tropicale

Dans l'État de Colima, où se trouve la... (PHOTO JONATHAN LEVINSON, AFP)

Agrandir

Dans l'État de Colima, où se trouve la ville de Manzanillo, 350 arbres ont été arrachés, « mais heureusement il n'y a que des dommages matériels », a indiqué le secrétaire au Tourisme, José Calzada.

PHOTO JONATHAN LEVINSON, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jennifer GONZALEZ COVARRUBIAS
Agence France-Presse
PUERTO VALLARTA

L'ouragan Patricia, annoncé comme le plus fort ouragan de l'histoire météorologique, rétrogradé samedi en simple tempête tropicale, a finalement épargné le Mexique, ne faisant pour l'heure aucune victime et provoquant des dégâts limités.

Le président mexicain Enrique Pena Nieto demande à la... (PHOTO JONATHAN LEVINSON, AFP) - image 1.0

Agrandir

Le président mexicain Enrique Pena Nieto demande à la population de rester dans les abris, rappelant que l'ouragan constitue toujours une menace.

PHOTO JONATHAN LEVINSON, AFP

Plusieurs dizaines de maisons modestes du village de pêcheurs de Chamela, à vingt kilomètres du point d'impact sur la côte Pacifique, ont été détruites par l'ouragan, mais la quarantaine de familles qui vivaient là avaient évacué les lieux.

Les villageois sont retournés samedi constater les dégâts et ramasser quelques affaires.

«Nous n'avons plus rien. Ma maison s'est envolée», se lamentait Griselda Hernandez, regardant ce qu'il restait de sa maison aux murs et au toit emportés.

Si les habitants de Chamela ont presque tout perdu, en revanche le reste de la région a été largement épargné et aucune victime n'a été dénombrée.

Le président Enrique Pena Nieto a levé l'alerte dans les États de Jalisco, Colima et Nayarit lors d'une visite dans la région, informant que les dégâts «étaient moindre que prévu».

Il a indiqué qu'environ 3500 maisons avaient été «partiellement ou entièrement affectées» par l'ouragan. L'électricité a été remise en service pour la moitié des 235 000 personnes qui en avaient été privées.

Des arbres ont été arrachés et des panneaux de signalisation ont été tordus dans le port de Manzanillo, dans l'État de Colima, à environ 95 kilomètres du point d'impact de l'ouragan.

Des soldats dégageaient samedi le sable qui s'était accumulé sur le boulevard principal, sous le regard des habitants. Les aéroports régionaux ont rouvert et les autoroutes ont été dégagées pour permettre la reprise de la circulation.

Le ministre des Transports, Gerardo Ruiz Esparza, a salué le peuple mexicain pour sa bonne préparation face à l'arrivée de l'ouragan.

«Si ce n'avait pas été le cas, nous aurions eu d'autres incidents», a déclaré M. Esparza lors d'une conférence de presse à Jalisco.

L'ouragan de catégorie 5 a touché terre vendredi soir dans l'État de Jalisco, sur la côte Pacifique mexicaine.

«La nature a été clémente avec nous, en faisant entrer l'ouragan dans la montagne», a ajouté le ministre.

Selon les experts, les montagnes de la Sierra Madre, sur lequel l'ouragan est venu frappé en premier, ont amoindri sa puissance. La zone en outre était très peu peuplée et les rares villages de pêcheurs avaient été évacués, ce qui a contribué à éviter un bilan sévère.

Quelques heures avant de toucher terre, l'ouragan était pourtant plus puissant que le typhon Haiyan, qui avait causé la mort ou la disparition de 7350 personnes aux Philippines en novembre 2013.

Les vents de l'ouragan avaient atteint 325 km/h enregistrés en mer, puis 270 km/h au moment où il a touché terre.

Soulagement à Puerto Vallarta

Les résidents de la cité balnéaire de Puerto Vallarta respiraient après que la ville, où se trouvaient des milliers de touristes, eut évité la catastrophe.

«Nous étions très inquiets hier, mais le pire est passé», a déclaré Francisco Javier Quintero, un commerçant de 60 ans, qui a retrouvé ses amis sur un banc du front de mer.

M. Quintero a envoyé le reste de sa famille chez sa soeur, sur les hauteurs de la ville, tandis que lui est resté chez lui de peur des pillages.

«Peut-être que (les mises en garde) étaient exagérées, mais il valait mieux prévenir», a ajouté Ruben Fregoso, propriétaire d'un restaurant qui vient de rouvrir.

«Pour avoir reçu l'ouragan le plus puissant du monde, on s'en sort bien», a déclaré de son côté Cristian Arias, propriétaire d'un restaurant de poisson dont le balcon a été brisé et le garage endommagé par Patricia.

«C'est une vague qui a tout brisé et apporté le sable sur le boulevard», a-t-il expliqué.

Le centre américain des ouragans (NHC), basé à Miami, a annoncé samedi que Patricia n'était plus qu'une tempête tropicale, ses vents les plus forts ayant baissé d'intensité à 55 km/h.

On s'attend à ce qu'ils perdent encore de la puissance à mesure que la tempête va progresser vers l'intérieur du Mexique. Samedi, de fortes pluies frappaient le nord-ouest du pays.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer