L'ouragan Patricia provoque pluies torrentielles et vents cycloniques au Mexique

Cette image, fournie par la NASA, montre l'ouragan... (Photo Scott Kelly, AP/NASA)

Agrandir

Cette image, fournie par la NASA, montre l'ouragan Patricia vu de la Station spatiale internationale.

Photo Scott Kelly, AP/NASA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jennifer GONZALEZ COVARRUBIAS
Agence France-Presse
PUERTO VALLARTA, Mexique

L'ouragan Patricia a touché terre dans le sud-ouest du Mexique, vendredi soir, entraînant des pluies torrentielles, de fortes vagues et des vents cycloniques, et les prévisionnistes voient le risque de dommages « catastrophiques ».

Cette image satellite prise à 20 h 45, jeudi soir,... (IMAGE NOAA/AP) - image 1.0

Agrandir

Cette image satellite prise à 20 h 45, jeudi soir, montre Patricia se rapprocher de la côte Pacifique du Mexique. 

IMAGE NOAA/AP

Le Centre national des ouragans des États-Unis, établi à Miami, a affirmé que l'oeil de l'ouragan Patricia avait touché terre sur la côte sud-ouest.

Les vents records enregistrés plus tôt dans la journée ont réduit quelque peu à 270 kilomètres à l'heure, selon le Centre national des ouragans, mais Patricia constituait toujours un ouragan extrêmement dangereux de catégorie 5.

> Suivre la trajectoire de Patricia sur weather.com

La trajectoire de l'ouragan devait rapidement le mener au-dessus des secteurs montagneux qui sont sujets à des crues soudaines dangereuses et des glissements de terrain.

À Puerto Vallarta, des résidants avaient empilé des sacs de sable devant leurs maisons et placardé les fenêtres de commerces. Les vols étaient suspendus à l'aéroport, pratiquement déserté, mais des queues se formaient aux arrêts d'autobus alors que les gens tentaient d'acheter des billets pour Guadalajara ou d'autres destinations du pays.

Dans un refuge de la Croix-Rouge, quelque 90 personnes attendaient nerveusement dans l'air lourd et humide, incluant des personnes âgées dans des fauteuils roulants et de jeunes enfants dans les bras de leurs parents sur des couvertures au sol.

Les résidants d'une vaste portion de la côte ouest du pays, où on retrouve aussi bien des villages de pêcheurs que des stations balnéaires, avaient fait des provisions vendredi, en prévision de l'arrivée de l'ouragan Patricia.

Patricia générait à un certain moment des vents soutenus de 325 km/h, ce qui constituait l'ouragan le plus puissant jamais vu dans l'est du Pacifique ou dans l'Atlantique, selon Dave Roberts, un spécialiste des ouragans au Centre national des ouragans à Miami.

 >> Le centre de surveillance des ouragans à Miami

La puissance de Patricia était alors comparable à celle du typhon Haiyan, qui avait fait quelque 7300 morts et disparus aux Philippines il y a deux ans, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

Les dirigeants mexicains avaient proclamé l'état d'urgence dans des dizaines de municipalités dans les États de Colima, Nayarit et Jalisco, où on retrouve notamment le port achalandé de Manzanillo et la station balnéaire de Puerto Vallarta. Le gouverneur de l'État de Colima a ordonné la fermeture de toutes les écoles vendredi.

La rapidité avec laquelle Patricia est passée du rang de simple tempête à un ouragan de catégorie 5 semble avoir pris les responsables de court et la population n'a eu que quelques heures pour se préparer. Une pluie abondante tombait sur Manzanillo, pendant que des résidants prenaient différentes mesures pour protéger leur maison et que d'autres dévalisaient les étagères des commerces.

Des scènes similaires ont été vues à Puerto Vallarta, qui compte plus de 250 000 habitants.

Toutes les boutiques ont été fermées dans la ville touristique et les propriétaires ont calfeutré leurs vitrines.

« J'ai distribué des rubans adhésifs à des gens qui n'étaient pas préparés », raconte Ramiro Arias, propriétaire d'une boutique d'encadrement.



Ces résidants de Boca de Pascuales attendent d'être... (PHOTO HECTOR GUERRERO, AFP) - image 3.0

Agrandir

Ces résidants de Boca de Pascuales attendent d'être évacués par les autorités, le 22 octobre.

PHOTO HECTOR GUERRERO, AFP

« Extrêmement dangereux »

Environ 7000 touristes étrangers et 21 000 touristes mexicains séjournaient dans la station balnéaire avant l'arrivée de Patricia, selon le secrétaire au Tourisme de l'État de Jalisco, Enrique Ramos Flores.

Selon les autorités américaines, des dizaines de milliers de touristes américains sont dans les zones menacées.

Le président Barack Obama a annoncé que des spécialistes américains des désastres étaient sur place et prêts à aider. Il a également adressé un message de soutien au peuple mexicain.

Les hôtels du front de mer de Puerto Vallarta ont été évacués et des touristes ont été conduits vers des abris, l'aéroport ou des stations d'autobus.

Des personnes attendaient à une station pour tenter de prendre un des derniers autobus quittant la ville tandis que d'autres achetaient de l'eau ou chargeaient leur véhicule de bidons d'essence.

Patricia devrait apporter des précipitations pouvant atteindre 51 cm dans les États mexicains de Jalisco, Colima, Michoacan et Guerrero, ce qui pourrait générer des glissements de terrain.

« Des modifications de son intensité sont encore possibles aujourd'hui mais Patricia devrait rester extrêmement dangereux, de catégorie 5 », selon les experts.

« On se dépêche de rentrer chez nous pour calfeutrer nos fenêtres avec des planches en bois », déclarait Rosa Elba Figueroa, femme au foyer, en quittant le supermarché avec un sac rempli de provisions, d'eau et des piles.



Un employé d'une entreprise de location de véhicules... (PHOTO HENRY ROMERO, REUTERS) - image 5.0

Agrandir

Un employé d'une entreprise de location de véhicules pose du ruban adhésif sur la vitrine du commerce en préparation de l'arrivée de l'ouragan Patricia à Puerto Vallarta, le 22 octobre. 

PHOTO HENRY ROMERO, REUTERS

Un employé d'un restaurant en bord de plage... (PHOTO CESAR RODRIGUEZ, AP) - image 5.1

Agrandir

Un employé d'un restaurant en bord de plage transporte une table alors que le commerce se prépare à fermer ses portes en raison de l'arrivée prochaine de l'ouragan Patricia, à Puerto Vallarta, le 22 octobre. 

PHOTO CESAR RODRIGUEZ, AP

400 000 personnes menacées

Jose Maria Tapia Franco, directeur du Fonds national des désastres, a souligné que 400 000 personnes vivaient dans des conditions précaires dans le secteur.

Dans le village de Boca de Pascuales, les autorités ont mis 70 personnes à l'abri et 30 autres ont quitté la côte pour se rendre à l'intérieur des terres chez des proches.

« Nous effectuons des patrouilles auprès des habitants dans la région de Puerto Vallarta, ainsi qu'à Melague et La Huerta, pour convaincre les plus vulnérables de se mettre à l'abri », a indiqué à la télévision le responsable de la protection civile de l'État de Jalisco, José Trinidad Lopez Rivas.

Les autorités ont mobilisé les services d'urgence et ordonné la fermeture d'écoles dans les États de Jalisco, Colima et Guerrero.

Selon le gouvernement, 1800 abris sont disponibles, d'une capacité totale d'accueil de 259.000 personnes.

Les ports ont été fermés dans les États de Jalisco, Nayarit, Michoacan, Guerrero et Oaxaca. Celui d'Acapulco, dans l'État du Guerrero, l'est également aux bateaux de grande taille.

Initialement classée tempête tropicale, Patricia a été requalifiée en ouragan jeudi matin par le centre de surveillance des ouragans de Miami.

En 2013, deux tempêtes quasi simultanées avaient touché les côtes pacifique et atlantique du Mexique, entraînant la mort de 157 personnes.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer