Haïti: 10 candidats élus au premier tour des législatives sur 139 sièges

Les premières élections organisées en Haïti depuis l'arrivée... (PHOTO HECTOR RETAMAL, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Les premières élections organisées en Haïti depuis l'arrivée au pouvoir du président Michel Martelly en mai 2011 visent à renouveler la totalité des 119 députés, et 20 sénateurs sur les 30 que compte le pays.

PHOTO HECTOR RETAMAL, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PORT-AU-PRINCE

Huit députés et deux sénateurs ont été élus au premier tour du scrutin législatif du 9 août en Haïti, selon les résultats publiés par le Conseil électoral provisoire (CEP) lundi matin.

Le parti présidentiel PHTK (Parti Haïtien Tet Kale) - qui compte quatre députés élus dès le premier tour - est la formation politique disposant du plus grand nombre de candidats en lice pour le second tour, talonné de près par le parti Vérité, affilié à l'ancien président René Préval.

Les premières élections organisées en Haïti depuis l'arrivée au pouvoir du président Michel Martelly en mai 2011 ont été marquées par de nombreux incidents. Elles visent à renouveler la totalité des 119 députés, et 20 sénateurs sur les 30 que compte le pays.

En raison des violences qui ont empêché la bonne tenue du vote, le CEP a décidé d'annuler le scrutin dans 24 des 119 circonscriptions du pays. Et six candidats à la députation ont été radiés par le CEP pour leur implication dans ces violences.

Cette publication des résultats définitifs intervient avec près de trois semaines de retard sur le calendrier électoral.

La crise profonde entre le pouvoir exécutif et l'opposition a provoqué le report des élections législatives pendant plus de trois ans. Le non-renouvellement des élus a causé la suspension du Parlement en janvier 2015.

Cette reprise de l'ordre constitutionnel n'a pour autant pas suscité l'engouement de la population haïtienne : seuls 18 % des électeurs ont participé au vote du 9 août, selon les chiffres communiqués par le CEP.

L'exiguïté des bureaux de vote avait causé d'importants problèmes le jour du scrutin : dans de nombreux centres de vote, les deux urnes, les listes d'émargement ainsi que les petits isoloirs, faits de panneau plastique de quelques dizaines de centimètres de hauteur, avaient été installés sur une unique table.

Pour limiter ces problèmes logistiques, le CEP a décidé de reporter au 27 décembre les élections locales, initialement prévues le 25 octobre.

Malgré ce report, ce sont tout de même cinq urnes qui devront être installées dans les bureaux de vote le 25 octobre.

Car les près de 6 millions d'électeurs haïtiens ont toujours rendez-vous ce jour-là pour le second tour des législatives, le premier tour de la présidentielle ainsi que les élections municipales.

Ce lourd processus électoral est un immense défi pour le pays pauvre qui se relève lentement du séisme de 2010 qui a tué plus de 200 000 personnes et causé des dégâts estimés à 120 % de son produit intérieur brut (PIB).

La campagne pour la présidentielle a timidement débuté depuis deux semaines. Cinquante-quatre candidats sont en lice pour succéder à Michel Martelly, auquel la Constitution interdit de briguer un second mandat consécutif.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer