À 8 ans, Graciela deviendra la première consommatrice légale de cannabis du Mexique

Graciela habite à Monterrey et souffre du syndrome... (PHOTO CARLOS RAMIREZ, AFP)

Agrandir

Graciela habite à Monterrey et souffre du syndrome de Lennox-Gastaut, une variante de l'épilepsie très difficile à soigner.

PHOTO CARLOS RAMIREZ, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MEXICO

Graciela, une petite fille de 8 ans qui subit quotidiennement 400 crises d'épilepsie, va devenir la première consommatrice légale de cannabis médicinal au Mexique, une première dans ce pays où la consommation de marijuana est interdite.

Le ministère de la Santé a annoncé mardi dans un communiqué qu'il va faciliter la procédure pour importer de l'huile de cannabis, qui pourrait aider à soulager les douleurs de la petite fille.

«Nous sommes contents», a déclaré à l'AFP Raul Elizalde, le père de Graciela, après une réunion avec la direction de l'agence sanitaire mexicaine qui supervise les importations de médicaments dans le pays. «C'est notre dernier espoir».

«Nous espérons que le médicament va supprimer ses crises d'épilepsie et qu'elle sera plus indépendante, qu'elle pourra marcher, parler et manger seule», a-t-il ajouté.

«Grâce», comme la surnomme ses parents, habite dans la ville industrielle de Monterrey (nord) et souffre du syndrome de Lennox-Gastaut, une variante de l'épilepsie très difficile à soigner.

Ses parents ont tenté de nombreux traitements, ainsi qu'une radiochirurgie cérébrale, pour atténuer ses douleurs, mais sans résultat. Peu à peu, son état de santé s'est dégradé.

Le mois dernier, un juge a autorisé la famille à importer et utiliser du cannabidiol, une des composantes du cannabis, pour soigner Graciela, en dépit de l'opposition du gouvernement, dans un pays où la violence liée au narcotrafic a fait 100 000 morts ou disparus en moins de 10 ans.

Selon le père de la petite fille, le médecin doit maintenant écrire une prescription et les autorités s'emploieront à importer ce médicament des États-Unis ou de Norvège.

«Il faut souligner que cette autorisation ne signifie pas que l'importation de marijuana, sous quelque forme que ce soit, soit désormais autorisée», rappelle le ministère dans son communiqué.

Le père de Graciela souligne que malgré cette autorisation délivrée par le ministre, la bataille va continuer devant les tribunaux, car le gouvernement avait fait appel de la décision du juge.

Après l'Uruguay qui a légalisé en décembre 2013 la culture de la marijuana à des fins récréatives et médicinales, le Chili a fait un pas vers la dépénalisation en juillet après le vote des députés autorisant la culture à usage personnel ou thérapeutique.

Aux États-Unis, la marijuana à usage médical est autorisée dans plus de 20 États.

Le gouvernement mexicain reste pour le moment campé sur ses positions, même si l'ancien président Vicente Fox s'est exprimé en faveur d'une dépénalisation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer