Haïti: un casque bleu chilien tué lors d'une manifestation

Le Chili fait partie de la Mission de... (Photo: AFP)

Agrandir

Le Chili fait partie de la Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti (MINUSTAH) depuis 2004.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Port-au-Prince

Un soldat chilien membre de la mission de maintien de la paix en Haïti a été tué lundi au cours d'une manifestation dans le nord du pays, a annoncé la MINUSTAH.

Le sergent Rodrigo Andrès Sanhueza Soto a a été blessé par balles quand, près de la ville de Ouanaminthe, le convoi militaire, dans lequel il se trouvait, a été la cible de tirs de la part de manifestants, détaille le communiqué publié par la mission onusienne en Haïti.

Amené en urgence à l'hôpital de la MINUSTAH à Port-au-Prince, le sergent de 35 ans a succombé à ses blessures en milieu d'après-midi lundi. Un policier haïtien a également été blessé lors de cette manifestation.

La population de la région de Ouanaminthe, à proximité de la frontière dominicaine, manifestait contre les autorités qui n'offrent pas de solution au manque récurrent d'électricité.

Dans un communiqué envoyé lundi soir, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies en Haïti, Sandra Honoré a dit condamner «dans les termes les plus forts l'utilisation de la violence lors d'une manifestation ayant entraîné la mort d'un soldat de la paix.» Elle demande aux autorités haïtiennes de mener une enquête approfondie pour «que l'auteur de cet acte odieux soit traduit en justice sans délai.» 

Le Chili fait partie de la Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti (MINUSTAH) depuis 2004. Depuis 11 ans, la mission a pour mandat le renforcement de la police haïtienne et l'instauration de l'état de droit dans le pays de la Caraïbe.

Avec plus de trois ans de retard sur le calendrier constitutionnel, Haïti s'est lancé dans l'organisation d'élections générales. Depuis la chute de la dictature en 1986, les scrutins ont toujours été l'occasion d'insécurité et de violences.

Dans son communiqué, Sandra Honoré a expliqué que, «au moment où Haïti entre dans la période électorale 2015, un climat de paix est dans l'intérêt de tous et de toutes.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer