Un «pas de géant vers la paix» entre les FARC et le gouvernement colombien

«Le gouvernement et les FARC travailleront conjointement pour... (PHOTO ENRIQUE DE LA OSA, REUTERS)

Agrandir

«Le gouvernement et les FARC travailleront conjointement pour nettoyer certains territoires ruraux», a déclaré le négociateur en chef du gouvernement, Humberto de la Calle (centre), qualifiant l'accord de «pas de géant vers la paix».

PHOTO ENRIQUE DE LA OSA, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
LA HAVANE

Le gouvernement colombien et les rebelles des FARC ont annoncé samedi à Cuba la conclusion d'un accord historique sur le déminage, avec l'aide d'une ONG norvégienne, dans le cadre de leurs pourparlers pour mettre fin à 50 ans de guérilla.

«Le gouvernement et les FARC sont tombés d'accord pour solliciter l'organisation Aide populaire norvégienne (ndr: en anglais Norwegian People's Aid) afin de mener et coordonner un projet» de déminage dans les zones rurales touchées par le conflit, ont affirmé le gouvernement et les Forces armées révolutionnaires colombiennes (Farc, communistes) dans un communiqué.

Il s'agit d'assurer «la sécurité pour les habitants qui se trouvent dans les zones à risques en raison de la présence de mines, d'engins explosifs improvisés, de munitions qui n'ont pas explosé et des restes d'explosifs de la guerre», ajoute le communiqué lu par le diplomate cubain Rodolfo Benitez, dont le pays est avec la Norvège le garant du processus de paix en Colombie.

«Le gouvernement et les FARC travailleront conjointement pour nettoyer certains territoires ruraux», a déclaré le négociateur en chef du gouvernement, Humberto de la Calle, qualifiant l'accord de «pas de géant vers la paix».

Le chef négociateur des FARC, Ivan Marquez, a salué «un accord humanitaire».

Le gouvernement et les FARC ont fait cette annonce à la fin de leur 33e cycle de pourparlers de paix commencés en novembre 2012 à La Havane, afin de mettre fin à 50 ans de conflit armé qui a fait 220 000 morts et 5,5 millions de déplacés, selon des chiffres officiels.

Cet accord est le premier résultat d'une «sous-commission pour la fin du conflit» colombien qui a commencé ses travaux jeudi, mettant pour la première fois face à face des hauts chefs militaires colombiens et des dirigeants des Farc.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer